Indignation professionnelle : Stefan Glowacz critique les grimpeurs débutants pour s'être installés par le haut

J'ai noté la L'outrageur professionnel du circuit multi-voies sur le Riffelkopf provoque de vives émotions. C’est moins la voie elle-même qui fait l’objet des discussions, mais plutôt le fait qu’elle a été ouverte d’en haut. Ce n'est pas possible, dit Stefan Glowacz. Les développeurs Dörte Pietron et Daniel Gebel voient les choses différemment. Nous avons parlé aux deux parties.

Am Tête ondulée im Monts Wetterstein a le célèbre couple d'escalade Daniel Gebel ainsi que Dörte Pietron a d'abord escaladé une nouvelle grande voie, puis l'a escaladée en libre. Le fait qu’ils aient foré leur ligne d’outrageurs professionnels d’en haut est pour Stefan Glowacz incompréhensible.

L'alpiniste professionnel a ensuite lancé un débat sur ses réseaux sociaux sur le style d'escalade des voies alpines, mais Daniel Gebel et Dörte Pietron n'y ont pas participé. C'est pourquoi nous avons demandé aux deux parties de faire une déclaration pour cet article.

Nous aimerions également vous inviter à apporter des contributions constructives au sujet dans la colonne des commentaires à la fin de l’article.

Stefan Glowacz a une opinion claire lorsqu'il gravit pour la première fois des voies alpines : la seule façon de monter est d'en bas. Image : Tim Glowacz | Pool de contenu Red Bull
Stefan Glowacz a une opinion claire lorsqu'il gravit pour la première fois des voies alpines : la seule façon de monter est d'en bas. Image : Tim Glowacz | Pool de contenu Red Bull

Contrairement à la pratique courante

La principale critique de Stefan Glowacz dans l'affaire Profiemörer concerne le style d'ascension, c'est-à-dire que l'itinéraire a été creusé par le haut.

Dans les montagnes du Wetterstein, la tradition veut que les premières ascensions se fassent par le bas. 

Stefan Glowacz

"Je tiens expressément à souligner à ce stade que Dörte et Daniel ont déjà aménagé quelques itinéraires dans le Höllental par le bas", poursuit Glowacz. «Ils doivent être de grands itinéraires, avec les niveaux de difficulté les plus élevés. C'est pourquoi je suis encore plus surpris qu'ils aient tracé la voie de l'indignation professionnelle d'en haut."

Il est courant dans les sports de montagne que les itinéraires alpins soient d'abord gravis par le bas - une loi non écrite, pour ainsi dire. Le DAV écrit par exemple dans ses directives pour les premières ascensions au point 5 : « Les premières ascensions des itinéraires alpins s'effectuent généralement par le bas. » Bien sûr, non seulement Stefan Glowacz le sait, mais aussi le guide de montagne Daniel Gebel et l'alpiniste de haut niveau Dörte Pietron.

Une question de pondération : processus vs résultat

Ils expliquent pourquoi ils ont décidé de renoncer à la pratique habituelle comme suit : « La ligne de murs dans laquelle se trouve la ligne n'a pas de structures ou de systèmes clairs. On pouvait grimper n’importe où et nulle part.

dörte pietron et daniel gebel_photographer ralf dujmovits
Dörte Pietron et Daniel Gebel au Championnat du monde des guides de montagne d'escalade sportive. (Image Ralf Dujmovits).

Notre crainte était que lorsque nous venions d'en bas, nous nous retrouvions quelque part dans une impasse et devions alors déplacer la ligne.

Dörte Pietron et Daniel Gebel

«Nous voulions trouver la ligne optimale avec des difficultés les plus homogènes possibles. Enfin, nous voulions faire l'expérience de la mise en place d'une telle tournée d'en haut afin de tester l'hypothèse selon laquelle un meilleur résultat pourrait être obtenu de cette manière. Nous avons constaté que l'accès par le bas est plus amusant et plus aventureux pour les grimpeurs débutants. Mais cela seul serait une considération très égoïste.

Nous considérons que le résultat est plus pertinent que le processus.

Dörte Pietron et Daniel Gebel
Daniel Gebel prépare une nouvelle tournée. (Image zVg)
Daniel Gebel prépare une nouvelle tournée. (Image zVg)

«Si quelqu'un escalade héroïquement un mur en lignes chaotiques à travers de mauvais rochers et avec des crochets mauvais et mal placés, alors le processus aura peut-être été exemplaire sur le plan éthique, mais le résultat sera probablement gérable. Si quelqu'un sur un terrain difficile à évaluer préfère d'abord regarder la chose attentivement et d'en haut, puis vérifie d'en haut et perce, obtient la ligne idéalement, place tous les hameçons exactement correctement, alors je pense que le résultat est plus important pour moi que le processus. »

Le processus est le moment de l'ego du développeur.

Dörte Pietron et Daniel Gebel

« Tout le monde n’en retire rien après. Il appartient uniquement au premier grimpeur. Et à ce moment-là, ils peuvent réfléchir à ce qui est le plus important pour eux : le processus ou le résultat.

Dörte Pietron devant sa falaise préférée
Dörte Pietron devant sa falaise préférée. (Image zVg)

Fonction de modèle et risque de répétition par les imitateurs

Dans ses réponses, Stefan Glowacz exprime à plusieurs reprises son respect pour le couple de grimpeurs et pour les voies alpines qu'ils ont ouvertes en tant que grimpeurs principaux. Il souligne néanmoins la fonction de modèle correspondante, notamment en raison de sa présence médiatique et de sa réputation sur la scène de l'escalade - Dörte, par exemple, dirige l'équipe d'expédition féminine du DAV :

Si la voie de l’indignation professionnelle ne reste pas un cas isolé, il y aura des imitateurs et ce processus ne pourra plus être stoppé.

Stefan Glowacz

Par processus, Glowacz entend des développements comme ceux de l’escalade sportive, qui, selon lui, menacent également l’escalade alpine : « J’ai grandi en tant qu’alpiniste sportif à une époque où les grimpeurs débutants sur les voies d’escalade sportive frappaient les prises comme des sauvages. S'ils ne parvenaient pas à gravir l'itinéraire, les prises et les points d'appui étaient ajustés en fonction de leur niveau de capacité actuel.

Cela a pris des caractéristiques grotesques jusqu'à ce que les grimpeurs eux-mêmes se rendent compte qu'ils s'étaient engagés dans une impasse et qu'aucune augmentation des performances et du développement n'était possible sous cette forme. Il s’agissait de la destruction systématique de projets potentiels pour les prochaines générations d’escalades, plus puissantes. Pour moi, percer des itinéraires alpins depuis le haut a une dimension similaire.»

Dörte Pietron (à droite) avec l'actuelle équipe d'expédition féminine. Image : DAV/Philipp Abels
Dörte Pietron (à droite) avec l'actuelle équipe d'expédition féminine. Image : DAV/Philipp Abels

Dörte Pietron et Daniel Gebel ne voient pas le « gentlemen's Agreement » pour la création d'itinéraires alpins comme étant en danger en raison de leur exception à l'indignation professionnelle :

Ouvrir par le haut est un pur travail. Pas de plaisir, pas d'aventure, pas de gloire. Un pur service. Non payé.

Dörte Pietron et Daniel Gebel

« Cela ne ressemble pas à une description d’une activité de marché de masse. Toutefois, dans des situations exceptionnelles, cela peut conduire à de meilleurs résultats », dit-elle.

Tous deux sont bien conscients de leur fonction de modèle : « C’est pourquoi nous réfléchissons très attentivement à ce que nous faisons et à la manière dont nous le faisons. » Dans les formations telles que l'escouade d'expédition, le point « d'en haut » ou « d'en bas » n'est même pas abordé, d'autant plus que « d'en haut » n'est pas du tout une option. « Le but de la formation est de gravir des montagnes lors d'une expédition. Pour ce faire, les participants doivent apprendre pour la première fois à grimper par le bas.»

Différentes postures lors de la première marche

Stefan Glowacz, Dörte Pietron et Daniel Gebel conviennent que la roche en tant que ressource est rare et que de nouveaux itinéraires doivent donc être ouverts avec précaution. Cependant, les avis diffèrent en ce qui concerne la concentration. Le couple de grimpeurs vous encourage à penser aux répétiteurs potentiels lors de votre première ascension :

«Réfléchissez bien aux lignes qui représentent réellement un enrichissement. Pensez à qui seront les répéteurs. Ouvrez la voie aux répéteurs et non à votre ego. Si vous remarquez que vous avez mal ou trop peu fixé un crochet, réparez-le. Si nécessaire, retirez les crochets afin qu'aucun résidu ne reste visible. Utilise un matériau durable.

Pour nous, il s'agit moins de savoir si l'on vient d'en haut ou d'en bas, mais plutôt du changement de paradigme des itinéraires orientés client, de l'obligation de répétiteurs, de l'utilisation prudente des ressources, du matériel d'accroche parfait par rapport à la première ascension qui a parfaitement droit à sa ligne, l'héroïque acte de la première ascension par le bas, plus elle est meurtrière, plus elle est célèbre..."

Stefan Glowacz lors d'une première ascension en Turquie. Image : Tim Glowacz | Pool de contenu Red Bull
Stefan Glowacz lors d'une première ascension en Turquie. Image : Tim Glowacz | Pool de contenu Red Bull

C'est différent pour Stefan Glowacz, qui considère la première ascension comme une confrontation individuelle avec lui-même et avec le mur : « Une première ascension au sol nécessite bien plus que simplement être capable de bien grimper. Il s'agit de l'esthétique de tracer une ligne dans la roche avec une première ascension basée uniquement sur les structures escaladables qui dureront pour toujours. Cela nécessite beaucoup d’expérience, de créativité et une évaluation honnête de vos capacités personnelles.

Il n'y a guère de moment d'escalade plus excitant que de grimper dans une mer de roches lors d'une première ascension sans savoir ce qui m'attend réellement.

Stefan Glowacz

«Cela demande du courage et du dépassement, est associé à des hauts et des bas constants d'émotions et, en cas de réussite, à une satisfaction indescriptible. Lors de la création d'un itinéraire par le haut, une grande partie de celui-ci serait perdue et le premier grimpeur deviendrait le premier répétiteur de son propre itinéraire.

Cela pourrait vous intéresser

Vous aimez notre magazine d'escalade ? Lors du lancement du magazine d'escalade Lacrux, nous avons décidé de ne pas introduire de paywall car nous voulons fournir au plus grand nombre de personnes partageant les mêmes idées que possible des nouvelles de la scène de l'escalade.

Afin d'être plus indépendant des revenus publicitaires à l'avenir et de vous fournir encore plus de contenu et de meilleure qualité, nous avons besoin de votre soutien.

Par conséquent: Aidez et soutenez notre magazine avec une petite contribution. Naturellement vous en bénéficiez plusieurs fois. Comment? Tu vas trouver ici.

+ + +

Crédits : Photo de couverture Tim Glowacz | Pool de contenu Red Bull

Actualités

Philipp Geisenhoff : « C'était ma meilleure journée de bloc jusqu'à présent »

Quelle journée pour Philipp Geisenhoff : le fort Suisse escalade quatre blocs durs jusqu'à 8B+ dans les Rocklands.

La plus haute montagne jamais gravie du monde : succès du sommet du Muchu Chhish (7453 XNUMX m)

Les alpinistes tchèques Zdenek Hak, Radoslav Groh et Jaroslav Bansky réalisent la première ascension du Muchu Chhish.

« Un solide 9A » : Aidan Roberts à l’arrivée des oiseaux

Aidan Roberts confirme 9A-Boulder. Comment il a vécu l'ascension de l'Arrivée des Oiseaux et pourquoi il note la ligne 9A.

IFSC mène et coupe du monde de vitesse Chamonix | Infos et diffusion en direct

La Coupe du Monde IFSc de Lead et de Vitesse aura lieu à Chamonix du 12 au 14 juillet 2024. Vous trouverez ici toutes les informations importantes et le live stream.

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter maintenant et restez à jour.

Philipp Geisenhoff : « C'était ma meilleure journée de bloc jusqu'à présent »

Quelle journée pour Philipp Geisenhoff : le fort Suisse escalade quatre blocs durs jusqu'à 8B+ dans les Rocklands.

La plus haute montagne jamais gravie du monde : succès du sommet du Muchu Chhish (7453 XNUMX m)

Les alpinistes tchèques Zdenek Hak, Radoslav Groh et Jaroslav Bansky réalisent la première ascension du Muchu Chhish.

« Un solide 9A » : Aidan Roberts à l’arrivée des oiseaux

Aidan Roberts confirme 9A-Boulder. Comment il a vécu l'ascension de l'Arrivée des Oiseaux et pourquoi il note la ligne 9A.

commentaires 28

  1. MMn les deux premiers grimpeurs l'ont bien vu : seul le résultat compte. Pour moi, le mot tradition est assez difficile à définir à l'heure actuelle de l'égalité, de la libre pensée et de l'expression des inclinations personnelles. Avant, nous devions tous porter des bloomers lors de randonnées en montagne - parce que c'est comme ça que nous le faisons, par tradition...
    Il s'agit donc d'un parcours d'escalade sportive de plusieurs longueurs, donc la manière dont vous effectuez le parcours n'a pas vraiment d'importance, que ce soit par le haut, par le bas ou par l'autre côté. Les crochets doivent être solidement fixés.

    • Comment se priver du meilleur d'une première ascension : l'incertitude crépitante du parcours possible, que l'on entretient parfois tout au long de l'année. D'EN HAUT, il ne s'agit plus d'une conquête alpine, mais plutôt d'un ensemble de crochets avec calfeutrage dans un mur recherché à l'avance (correspondant à son propre niveau de capacité) avec les parties du mur sélectionnées qui conviennent au premier grimpeur en herbe. dans ses capacités physiques. et psy. La Constitution rend justice.
      Il n'y a pas que le résultat du lever qui compte. Parce que le terrain a été choisi CI-DESSUS à cet effet et a ainsi été privé du fait qu'il s'agissait d'un « morceau de roche sur lequel l'homme n'a jamais marché ». C'est parti avant même que je l'escalade...
      Offrir la meilleure ligne à ceux qui suivent est une excuse ; Des gens pourraient venir d'en bas qui, grâce à une meilleure préparation (évaluation des surfaces des murs) et à une plus grande habileté, trouveraient quand même la ligne idéale et seraient en mesure d'offrir des améliorations aux nouvelles générations de grimpeurs.
      Car ce sont des circuits ALPINS que les grimpeurs souhaitent réaliser et non des via ferratas préfabriquées.
      Wolfgang Schwarz Autriche

      • Mais essayer de dire aux autres comment ils devraient ou ne devraient pas faire quelque chose est également une erreur. Les montagnes n’appartiennent pas seulement à l’élite ou à ceux qui se considèrent comme tels. Je comprends que la création d'un itinéraire par le bas est une expérience différente de celle par le haut et qu'elle a un attrait particulier. Néanmoins, les gens devraient prendre soin de leur propre merde et ne pas constamment chercher les défauts des autres. Cela peut être observé dans de nombreux domaines, surtout de nos jours.
        Glowacz ressemble de plus en plus à un vieil homme amer qui ne supporte pas les temps nouveaux et le vieillissement. Je voudrais minimiser ce qu'il a réalisé et réalisé, mais cela ne lui donne tout simplement pas le droit de juger ainsi. Des phénomènes similaires pourraient déjà être observés dans d’autres domaines.

        • Un morceau de terre comme celui-ci est une paroi rocheuse unique et qui ne doit donc en aucun cas être "travaillée", car elle appartient à tous ceux qui souhaitent faire leurs premières ascensions avec des "moyens équitables". Et il n'appartient pas à l'élite, mais eux seuls peuvent utiliser le morceau de roche, car il se distingue, par exemple, des grimpeurs de via ferrata par un entraînement intensif et une volonté.
          Un tel morceau de rocher a été escaladé seul pour la première fois il y a plus de 100 ans par Paul Preuß sur le Donnerkogel (Gosaukamm). Aujourd'hui, une via ferrata emprunte exactement cet itinéraire, où les gens se hissent sur des câbles d'acier et des marches en fer - ce qu'on appelle l'échelle vers le ciel ! N'est plus accessible aux grimpeurs.
          Oui, tout le monde est libre et autorisé à tout faire, pas seulement l’élite ? J'espère que Stefan (que tu appelles vieux) te permettra de lui donner de l'eau là-dessus...

  2. Avec cette explication, ils sont pour moi de véritables pionniers de l’escalade. Une synthèse de l'ancien et du nouveau. Toutes nos félicitations!

  3. Le Sportherz dans le Wilder Kaiser a également été escaladé pour la première fois il y a longtemps, même par un Hessois (Saupreiß :-)). Aujourd'hui rénové, c'est l'un des députés les plus populaires du Kaiser sans avalanche d'accès par le haut.
    Tous les styles devraient avoir leur place.
    Et je pense qu'outrageur professionnel est un super nom ;-).

  4. Comme toutes les montagnes ne sont pas accessibles par le haut en raison de leurs difficultés (sauf avec des aides techniques comme le dépôt en hélicoptère), je suis d'accord à 100% avec Stefan, les montagnes doivent être accessibles par le bas !

    • Comme vous pouvez forer toutes les montagnes par le bas (voir l'itinéraire du compresseur sur le Cerro Torre depuis Maestri), vous ne pouvez malheureusement pas le préciser.

  5. Les premiers accès sont construits/forés par le bas, les aménagements peuvent également être forés par le haut, mais ne sont pas des premiers accès !!! Les grandes voies sont accessibles par le bas, mais il y a suffisamment de rochers pour tout le monde et beaucoup apprécient ces randonnées. Gardez votre calme et montez dessus

  6. Que dis-tu de ça:
    Les grimpeurs qui maîtrisent le 8ème degré ne sont autorisés à pratiquer des voies qu'à partir du 8ème degré. Grimpeurs de 10e année, uniquement les voies à partir du 10e degré, etc.

    Mon avis à ce sujet : lorsque des grimpeurs à 8 montent des voies au 5ème degré, cela devient souvent un harakiri pour les grimpeurs à 5. Logiquement, avec un mouvement à 5 à 7 mètres au-dessus du dernier relais, un grimpeur à 8 ne l'exige guère. Pour les touristes de 5 personnes, cela devient cependant un tournant.
    Rénover plus tard (en haut de la corde !) est également éthiquement discutable, comme voulait le montrer une discussion récemment lancée ici...

    Si je sors de la falaise en tête, j'ai déjà perdu la vue de ma propre création et je ne deviendrai un répétiteur que plus tard. Et il existe également des zones dans lesquelles des itinéraires d'en bas, alpins, ont été aménagés selon des « lignes naturelles ». Des zigzags et un itinéraire couvrent un mur entier...
    Je suis désormais confronté à deux nouveaux dilemmes de style : premièrement, une nouvelle ligne peut-elle croiser une ancienne ligne existante ? Puis-je utiliser l’ancienne ligne et installer le rocher supérieur par le haut pour l’escalade sportive ?

    Je pense : on peut honorer un grand morceau de roche d'en haut avec une ligne soigneusement pensée et laisser une entreprise intéressante aux équipes de cordage suivantes. Cela demande également beaucoup d’expérience et d’engagement. Car en tant que répétiteur, je n'ai qu'un accès limité à l'acte héroïque à la limite de la première ascension, puisque je dispose déjà des informations sur le parcours.

  7. Effectuer un tour Msl par le haut n'est pas une première ascension, mais plutôt la création d'un équipement sportif.
    Ce n'est pas une réalisation aventureuse pour moi !!!
    Seuls ceux qui conquièrent les terres en contrebas devraient entreprendre de tels voyages pour la première fois – voir Éthique Elbsandstein.
    Si vous n'avez pas d'œufs, laissez tomber !!!

    • L'escalade n'est pas seulement une aventure, mais aussi un sport. L'éthique du grès de l'Elbe n'est pas non plus valable au-delà de ses frontières. Je ne comprends pas vraiment ce que cela a à voir avec les œufs.

  8. Si tout le monde pense que c'est trop sûr, ils devraient simplement laisser de côté les boulons et, par tradition, ils devraient alors s'enchaîner autour du ventre avec des cordes de chanvre, à cause de la tradition, où ensuite les cames et co.

  9. C'est dommage que deux alpinistes de leur calibre s'engagent dans le pire style possible. À mon avis, le forage par le haut est une impasse pour l'alpinisme, car il bloque les possibilités de randonnées pour la prochaine génération, plus forte. Je ne comprends pas non plus votre argument selon lequel vous devrez peut-être grimper par-dessus cette partie du mur et avoir besoin de plusieurs tentatives pour la traverser. N'est-ce pas l'art de la première tentative de trouver le meilleur chemin dans des circonstances difficiles et sous une pression morale ?! Mais c’est en quelque sorte le reflet de notre époque que de rechercher la voie rapide vers le succès et d’éviter à tout prix d’éventuelles adversités ou un « pire » échec (temporaire). Un véritable défi et un alpinisme progressif sont différents. C'est vraiment dommage en fait...

  10. « Ouvrir par le haut est un pur travail. Pas de plaisir, pas d'aventure, pas de gloire. Un pur service. Non payé."
    Il serait alors probablement dans l’intérêt des deux parties que quelque chose comme ça ne soit pas fait, n’est-ce pas ?

  11. Je préconise que les sous-disciplines des sports de montagne ne soient pas considérées de manière hiérarchique (bloc -> jardin d'escalade -> Alpes de Tannheim -> Wetterstein -> Dolomites - Chamonix -> montagnes du monde), mais soient considérées comme égales au sein de la montagne. des sports.
    Même dans les sports de ballon, personne ne considérerait le pied, la main ou le bâton de hockey comme le seul véritable moyen de déplacer le ballon. En ski, il serait surprenant que des skieurs alpins, des slalomeurs, des skieurs de fond ou des sauteurs à ski s'attaquent ainsi.
    Je veux du respect pour les autres athlètes et leurs sports.

    PS : Le parcours « Pearls to Swine » était aussi une pause taboue.

  12. Pensez que le forage par le haut permet un guidage d'itinéraire et des positions de crochet plus judicieux. Dans l'ensemble, une meilleure ligne pour les répéteurs. N'est-il pas héroïque de voir les développeurs renoncer à leur propre vision pour offrir aux répéteurs une meilleure expérience et tirer le meilleur parti de la ressource rocheuse limitée ? En revanche : la route des compresseurs depuis Maestri jusqu'au Cerro Torre, accessible par le bas, est vraiment désagréable. Foré par le bas mais très irrespectueux. Si vous voulez vraiment l'aventure et conquérir la montagne, vous devriez grimper en clean/trad. Si un tour ne fonctionne pas, la montagne était probablement trop forte ou vous étiez trop faible 😉

  13. Je ne sais pas si Stefan Glowacz devrait vraiment jeter la pierre ici. Je me souviens d'un film sur une expédition dans laquelle la première tentative se fait par le bas et la deuxième tentative consiste à monter en hélicoptère puis à descendre en rappel…
    En fin de compte, ce qui compte, c'est le résultat. Difficultés relativement constantes, protection adéquate. Aucun répéteur ne demandera s'il a été percé par le haut ou par le bas. Surtout lors du perçage par le bas, il arrive souvent que les points clés doivent être grimpés et se trouvent souvent bien au-dessus du crochet. Cela peut correspondre à un enseignement pur, mais cela n’incite pas à la répétition.

  14. Stefan, Dörte et moi avons eu une longue discussion à l'hôtel Steingletscher en août 2022 sur l'ouverture des routes MSL. La déclaration de Stefan ce jour-là était littéralement : "Je m'en fous des répéteurs, c'est mon tour et je peux faire ce que je veux. Je peux comprendre la déclaration de deux manières : Stefan a été le premier à gravir de nombreuses voies." une époque où le rocher était infini comparé au nombre de grimpeurs. En revanche, son avis est tout à fait admissible dans le cadre de l'éthique normale de l'escalade : le parcours appartient au promoteur.
    Nous avons senti que si cela fait partie de notre éthique, nous n'avons plus envie de le partager car l'environnement évolue de plus en plus.
    Comme certains d’entre vous l’ont déjà remarqué, on ne peut faire une visite qu’une seule fois mais la répéter des milliers de fois. À notre avis, ce serait bien si la prochaine génération de développeurs ne se concentrait pas sur leur aventure personnelle et leur renommée, mais plutôt sur l'expérience des utilisateurs réguliers lors du développement. Que cela se fasse d'en haut ou d'en bas n'a pour nous qu'un intérêt secondaire, à condition qu'il s'agisse d'un itinéraire agréable et correctement aménagé.

  15. Dörte Pietron et Daniel Gebel vont droit au but : « Processus contre résultat ». Vous pourriez également dire « avantage pour le premier utilisateur par rapport à l’avantage pour l’utilisateur régulier ».

    Un itinéraire qui est d'abord gravi par le bas - je ne veux pas dire par là que le prochain boulon est fixé à l'aide d'une boucle à échelons du dernier - a certainement une valeur sportive beaucoup plus élevée pour le premier grimpeur. Mais la trajectoire et le positionnement des points de fixation ne suivent pas en premier lieu la position optimale du clip, des considérations de sécurité ou nécessairement la meilleure ligne d'escalade, mais plutôt les exigences de placement des aides techniques dans le rocher.

    Ceux qui s'installent par le haut disposent d'autres options pour combiner la meilleure ligne avec une protection adéquate.

    L'argumentation de Stefan Glowacz vise clairement le bénéfice individuel et le défi mental et technique du grimpeur débutant. Au moins, sa formulation n'indique pas que les répétiteurs ont été pris en compte.

    Lors de la répétition de l'itinéraire, pour moi, la performance héroïque ou même tout simplement éthiquement irréprochable du premier grimpeur passe au second plan - pour le dire avec prudence. Les plus importants sont : un bon rock, une bonne ligne, une protection adéquate.

    Je ne comprends pas la comparaison avec l'exemple négatif des "prises artificielles" car y accéder par le haut ne change pas le rocher et ne facilite pas l'escalade libre d'un point de vue technique.

    Et le recours à la « destruction des projets des générations futures » est pour le moins discutable, car il s’agit – une fois de plus – d’un groupe cible d’élite composé de quelques alpinistes de haut niveau qui trouveront certainement encore leur chemin. Et cela inclut la détermination de donner plus de poids à leurs intérêts qu’à ceux d’un groupe plus large de grimpeurs qui peuvent actuellement prendre plaisir à répéter l’itinéraire.

    Du point de vue des grimpeurs normaux ambitieux, de nombreux projets ont déjà été détruits aujourd'hui parce qu'ils ont été escaladés une seule fois (par le bas), sont mal équipés et ne sont presque jamais répétés « chaque année » par des experts confirmés. Cet aspect n'entre pas du tout en jeu dans le débat actuel - à tort selon moi, car il a un impact beaucoup plus large.

  16. Du point de vue d’un grimpeur actif du grès de l’Elbe et d’un grimpeur débutant :
    Notre règle est de développer par le bas. Cela s’est développé historiquement. La plupart du temps, il est possible que ce soit une aventure pour le randonneur débutant ET qu'il finisse par être un circuit utile pour les randonneurs réguliers. Malheureusement, comme la zone rocheuse non exploitée devient de plus en plus petite et que les difficultés augmentent, on finit dans certains cas par se perdre dans des impasses. Si vous aviez au moins pu jeter un coup d’œil à l’avance, il y aurait eu quelques trous inutiles en moins dans la roche. Il arrive aussi régulièrement que les points de fixation (anneaux) ne soient pas idéaux pour l'escalade elle-même. C'est parce que parfois vous ne pouvez pas frapper le ring en tête là où c'est nécessaire. Dans l'ensemble, il s'agit toujours de cas particuliers et la majorité de la communauté développe des itinéraires pour sa propre aventure et en gardant un œil sur les répéteurs. Mais il y a aussi des gens qui se sentent élitistes lorsque leur première ascension ne se répète pas. Il s’agit bien sûr d’une approche égoïste étant donné les ressources limitées en roche.

    Nous traitons donc la première ascension de telle manière qu'une première ascension soit contrôlée par un comité de l'association d'alpinisme et, si elle est reconnue, la première ascension devient un « bien commun social ». Certes, le nom des premiers grimpeurs et leur style sont à jamais liés à l'itinéraire, mais il a créé la ligne pour la communauté. Cela nous donne la possibilité de décider ensuite, en tant que communauté, de choses telles que les sauvegardes ultérieures ou le déplacement des anneaux. Le premier grimpeur a son mot à dire, mais il n’est pas le « propriétaire » de ce morceau de rocher et de sa création. Pour cette raison, les fonds de sécurité sont subventionnés par le club.

    Personnellement, je recherche aussi un compromis entre l'aventure d'en bas et un grand tour pour la postérité en dehors des grès de l'Elbe. Parfois ça marche, parfois on perce quelque chose avec des crochets auxiliaires ou par le haut, selon. Parfois, on monte un parcours d'escalade sportive « simplement » d'en haut.

    Notre sport est si individuel et a tellement de facettes que des décisions mûrement réfléchies comme celles prises par Daniel et Dörte ne peuvent qu'être saluées. Finalement, c'est toujours un conflit de générations et combien de personnes ont déjà prophétisé la chute de l'alpinisme/escalade... ?

    « La tradition est comme une lanterne ; les stupides s’y accrochent, les sages, elle montre le chemin » (George Bernard Shaw)

  17. À mon avis, il n’y a plus rien à développer du tout. Les espaces naturels où les animaux et les plantes peuvent se développer sans perturbation sont de plus en plus en déclin. L’héritage des espèces dans le monde est plus élevé que jamais. La question se pose de savoir si la satisfaction de l’ego des débutants peut et doit dépasser l’intérêt général de la biodiversité. Il y a plus qu’assez d’offres d’escalade dont chacun pourrait profiter pour le reste de sa vie. Au contraire, le développement initial est avant tout un service pour les générations futures. Lorsqu’il s’agit du thème de l’éthique de l’escalade, je constate qu’il est souvent adopté sans réflexion. S’il existait des textes juridiques aussi anciens dans un ouvrage de droit quelque part, tout le monde en douterait. En matière d’éthique de l’escalade, cela semble être un fait incontestable, basé sur des règles non écrites établies il y a plus de 100 ans, à l’époque de la création des « sports de montagne ». Mais beaucoup de choses ont changé depuis. Non seulement dans le sport alpin lui-même, mais aussi dans l’environnement dans lequel il se déroule. Une autre question, à savoir celle de la légitimation de l'instauration de règles, doit également se poser, car le sport alpin ne se déroule pas dans un espace vide ou dans un « environnement mort », mais bien dans la nature, dans laquelle nous, les sportifs de montagne et nous les humains. ne sont qu’UNE partie.

  18. Nous vivons à une époque où l’individualisme est souvent confondu avec l’égoïsme.
    Malheureusement, cela a inauguré ma génération.
    La mise en place d'un parcours avec plus de longueurs de corde par le haut n'est pas une première ascension mais plutôt une première installation de corde.
    L’échec et éventuellement un changement de ligne font partie de la nature d’une première ascension.
    Comme je ne m'intéresse que peu ou pas à ce qu'on appelle la scène depuis 40 ans, les deux premiers grimpeurs de cette voie me sont inconnus. L’escalade étant désormais devenue un sport de style de vie avec tous ses effets négatifs, les leaders d’opinion en particulier devraient être particulièrement prudents quant aux actions qu’ils entreprennent. La montagne et la nature ne nous appartiennent pas, nous les avons simplement empruntées aux générations futures et devons laisser suffisamment d'opportunités aux grimpeurs suffisamment créatifs et courageux pour les développer équitablement pour profiter de cette expérience extraordinaire.

  19. Dörte et Daniel avaient certainement de bonnes intentions. Mais personnellement, je n’ai pas besoin d’un tel « service ». Pour moi, en tant que grimpeur chevronné, l'esprit d'une voie compte au moins autant que la beauté des mouvements d'escalade individuels. Pourquoi devrais-je consommer un produit en éprouvette percé par le haut alors que je peux célébrer avec le même effort une véritable œuvre d'art de Kaspar Ochsner ou de Michel Piola ? Mais laissez l’alpinisme se développer où il veut et laissez les gens faire ce qu’ils veulent. Cela a plutôt bien fonctionné dans notre sport jusqu’à présent.

    • Oui, vous pouvez voir ce qui peut en découler, ou ce qui s'est passé il y a des années, au Donnerkogel dans le Gosaukamm.
      Il y a plus de 100 ans, Paul Preuß fut le premier à gravir une très belle voie à 4 voies sur le Donnerkogel.
      Aujourd'hui, la via ferrata Himmelsleiter monte exactement le long de son parcours, où les gens se hissent à l'aide de cordes et de marches en acier.
      Après de nombreuses demandes de parole, chacun est autorisé à faire n'importe quoi ici. Vous pouvez voir où cela mène au Donnerkogel - bravo !

    • Sur la base de la discussion ici, je voudrais dire avec un clin d’œil : « Tout ne se termine pas toujours là où il est arrivé. »

      Dans toute la discussion, j'ai tout simplement complètement oublié les grimpeurs normaux (disons jusqu'à 6a). En ce qui me concerne, les grimpeurs professionnels peuvent établir leurs lignes comme ils le souhaitent, avec des directives personnelles et des auto-restrictions de toute sorte. Mais j'attends aussi d'eux qu'ils soient capables de grimper " Laissez les voies forées par la populace d'escalade. être « sportif, sans valeur et sans esprit ».
      J’ai déjà appris à plusieurs reprises des « vieux combattants » qui qualifient désormais leurs anciens « actes héroïques » d’absurdités en raison d’un manque d’expérience, de ressources ou d’un esprit sportif excessif, et qui ont une fois de plus eu recours à l’exercice pour corriger leurs propres « péchés ». ..

Commentaire sur l'article

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici