Première ascension traditionnelle sur la face nord de l'Eiger : Silvan Schüpbach et Peter von Känel ouvrent la Renaissance (30 SL, 7c)

Du 19 au 23 août, Peter von Känel et Silvan Schüpbach ont ouvert une nouvelle voie sur la face nord de l'Eiger. Ce faisant, ils ont suivi leur idéal de ne pas utiliser de boulons. Pendant cinq jours, les deux hommes ont grimpé, ne sachant même pas s'ils parviendraient à se relever avec le style qu'ils avaient choisi. Son aventure jusqu'au sommet de l'Eiger s'est terminée le 24 août, ajoutant un nouveau chapitre à son histoire d'escalade.

Silvan Schüpbach ainsi que Pierre von Kaenel pourrait à la première ascension de Renaissance (30 SL, 7c) tout le parcours à travers le Face nord de l'Eiger escalade libre sauf deux passages courts. Ils n’ont posé aucun boulon et ont laissé un total de huit boulons. "Le rocher, en majorité excellent, est magnifiquement structuré et permet la fixation de dispositifs de sécurité mobiles à de nombreux endroits", s'enthousiasment les deux premières ascensions.

Une visite répétée est une aventure et un régal pour tous ceux qui ont un penchant pour l'escalade traditionnelle de grands murs.

Silvan Schuepbach et Peter von Känel

Peter et Silvan, félicitations pour votre première ascension Trad ! Comment êtes-vous tombé sur cette ligne ?

Peter von Känel : Silvan a découvert cette ligne grandiose et l'a développée avec beaucoup d'efforts. Je lui suis très reconnaissant de m'avoir demandé d'être partenaire de ce projet. En équipe, Silvan et moi travaillons très bien et nous nous complétons parfaitement.

Avant la randonnée, nous avons découvert sur une photo aérienne de parapente des structures rocheuses dans la partie la plus raide de la paroi qui semblaient prometteuses en terme d'escalade et d'assurage mobile. Néanmoins, la qualité de la roche sur place nous a encore une fois surpris de manière positive.

De nombreux pitchs de cette tournée se retrouvent dans mon « Hall of Fame » personnel du meilleur rock que j'ai jamais eu sous les doigts et sous les semelles.

Pierre von Kaenel

J'espère vraiment que la ligne restera exempte de boulons et offrira ainsi à ceux qui la répètent des moments tout aussi intenses pour l'album photo de la vie que nous.

Silvan Schüpbach dans le passage le plus raide de la Renaissance. Image : Peter von Känel
Silvan Schüpbach dans le passage le plus raide de la Renaissance. Image : Peter von Känel

Pourquoi était-il important pour vous d’ouvrir une nouvelle voie dans ce style ?

Silvan Schüpbach : Ces dernières années, de nombreuses nouvelles voies d'escalade ont été aménagées sur la face nord de l'Eiger. J'ai pu répéter moi-même bon nombre de ces itinéraires et je suis fasciné par la qualité et la beauté de ces ascensions, qui ont d'abord été gravies avec beaucoup de sueur et d'habileté.

Ces itinéraires ont tous en commun d'avoir été rendus possibles à l'aide de perceuses et de boulons électriques ; que les rochers de l'Eiger peuvent être escaladés, mais que la protection est "garantie" avec des machines modernes. Je ne trouve pas cela répréhensible, mais une évolution logique de l'escalade.

Selon Silvan Schüpbach et Peter von Känel, lorsque le rocher permet une fixation avec des dispositifs de sécurité mobiles, il ne faut pas utiliser de boulons. Image : Peter von Känel
Selon Silvan Schüpbach et Peter von Känel, lorsque le rocher permet une fixation avec des dispositifs de sécurité mobiles, il ne faut pas utiliser de boulons. Image : Peter von Känel

Je me demande depuis quelques années si l'on peut utiliser les compétences d'escalade d'aujourd'hui sur l'Eiger mais avec l'équipement de sécurité (sans perceuse) d'antan ?

Silvan Schüpbach

Et avez-vous trouvé une réponse à cette question dans Renaissance ?

Silvan Schüpbach : Du 19 au 23 août, le hasard, la chance et l'habileté se sont réunis pour nous : l'une des dernières parties intactes du mur de l'Eiger nous a permis de faire notre travail - à l'occasion d'une fenêtre météorologique de plusieurs jours avec des températures élevées et aucune précipitation.

Nous serions ravis si, à l'avenir, davantage de jeunes alpinistes et grimpeurs s'appuient à nouveau sur les équipements de sécurité traditionnels - et annoncent une renaissance de l'escalade de grandes (et petites) faces.

Peter von Känel : Silvan et moi travaillons intensivement depuis plusieurs années sur l'escalade dans le calcaire sans boulons. Avec le recul, je considère nos premières ascensions communes sur le Stockhorn et le Dündenhorn comme des stations intermédiaires qui ont finalement rendu possible pour nous la « Renaissance ».

Un rêve devient réalité : Silvan Schüpbach et Peter von Känel atteignent le sommet après cinq jours sur la face nord de l'Eiger. Image : Thomas Wiatowski
Un rêve devient réalité : Silvan Schüpbach et Peter von Känel atteignent le sommet après cinq jours sur la face nord de l'Eiger. Image : Thomas Wiatowski

Qu'est-ce que cela signifie pour vous de gravir des voies sans boulons, uniquement avec des relais mobiles ?

Peter von Känel : Avant que Silvan ne me rende accro à l'escalade sans boulons, j'ai fait mes premières ascensions sur des grandes voies alpines à l'aide de boulons. Grâce aux règles que je me suis imposées lors du forage, par exemple installation par le bas, pas d'échelles à crochets, pas de trous de falaise, etc., ce type de première ascension m'a offert de nombreuses belles aventures, mais mon appétit pour l'escalade sans boulons a grandi avec l'expérience avec assureurs mobiles.

J'ai plus ou moins atteint mon niveau d'escalade maximum possible, je considère donc l'escalade traditionnelle comme la prochaine étape de mon développement personnel en tant que grimpeur. Même si le niveau d'escalade est également important dans l'escalade traditionnelle, ce n'est pas le facteur le plus important. Cela nécessite plutôt un mélange équilibré de différentes compétences.

Avec le recul, je considère la première ascension de la "Renaissance" comme le point culminant de ce processus jusqu'à présent.

Pierre von Kaenel
Deuxième ascension avec vue : la météo est du côté des deux alpinistes tout au long de la première ascension. Image : Silvan Schuepbach
Deuxième ascension avec vue : la météo est du côté des deux alpinistes tout au long de la première ascension. Image : Silvan Schuepbach

La combinaison de l'escalade, de la lecture du rocher, de la mise en place d'assurages mobiles et d'un équilibre constant des risques m'a permis de diriger efficacement et avec un bon sentiment de contrôle. Ceci malgré le fait que la tournée m’a poussé plusieurs fois dans mes limites.

L’idée d’escalader un mur vierge avec des assureurs mobiles sur mon harnais me rend nerveuse à chaque fois.

Pierre von Kaenel

Le moment venu et que je commence à grimper, la nervosité laisse place à une concentration et une clarté presque hypnotiques. Ces moments sont extrêmement intenses et font partie des moments forts inoubliables de ma vie.

Ce n'est pas seulement récemment un partisan des lignes épurées : Silvan Schüpbach. Image : Peter von Känel
Ce n'est pas seulement récemment un partisan des lignes épurées : Silvan Schüpbach. Image : Peter von Känel

Renaissance – informations sur l’itinéraire

L'itinéraire franchit le "Rote Fluh" sur son bord droit et, après une courte promenade (bivouac possible), mène relativement directement à travers le mur compact, en partie en surplomb, à droite du pilier tchèque. Dans la partie supérieure, l'itinéraire suit le Ghilini Piola sur trois longueurs.

Tandis que celle-ci descend sur de simples rochers vers la droite sur l'arête ouest, la "Renaissance" offre encore trois belles longueurs jusqu'à descendre enfin sur l'arête ouest à 3480 m. Il existe plusieurs sites de bivouac abrités à proximité du parcours, mais la plupart d'entre eux ne proposent qu'un seul endroit pour dormir. Pour une répétition il est donc conseillé de prendre un portaledge avec soi.

Route de la Renaissance (30 SL, 7c), la nouvelle route traditionnelle de Peter von Känel et Silvan Schüpbach dans la face nord de l'Eiger. Image : Silvan Schuepbach
Route de la Renaissance (30 SL, 7c), la nouvelle route traditionnelle de Peter von Känel et Silvan Schüpbach dans la face nord de l'Eiger. Image : Silvan Schuepbach

L'absence de boulons confère au parcours une originalité et un sérieux remarquables. L’itinéraire ne peut pas être simplement parcouru, il exige un engagement. D'un autre côté, cela augmente considérablement la valeur de l'expérience et de l'aventure, car même répéter l'itinéraire ressemble un peu à la première ascension.

En plus d'un bon niveau d'escalade, l'itinéraire nécessite un œil exercé, tant pour la ligne d'escalade que pour l'accrochage des dispositifs mobiles de sécurité intermédiaires. Une évaluation réaliste de ses propres capacités et un contrôle permanent et conscient du risque objectif pendant la conduite sont également utiles.

Matériel technique utilisé

  • Cordes à double 60 m
  • 2 jeux de cames #0.2-2 (les cames totems sont un avantage)
  • des cales
  • peckers
  • crochet d'impact
  • Skyhook
  • portaledge

Cela pourrait vous intéresser

Vous aimez notre magazine d'escalade ? Lors du lancement du magazine d'escalade Lacrux, nous avons décidé de ne pas introduire de paywall car nous voulons fournir au plus grand nombre de personnes partageant les mêmes idées que possible des nouvelles de la scène de l'escalade.

Afin d'être plus indépendant des revenus publicitaires à l'avenir et de vous fournir encore plus de contenu et de meilleure qualité, nous avons besoin de votre soutien.

Par conséquent: Aidez et soutenez notre magazine avec une petite contribution. Naturellement vous en bénéficiez plusieurs fois. Comment? Tu vas trouver ici.

Ne manquez rien - recevez notre newsletter

* obligatoire
Centres d’intérêt

+ + +

Crédits : Photo de couverture Peter von Känel

Actualités

Qui a obtenu les derniers billets olympiques

Bien que la finale des séries de qualification olympique à Budapest...
00:19:55

Grand mur de 600 mètres : En expédition avec la famille Houlding

Il est possible de faire plus que vous ne le pensez. C'est ce que dit Léo Houlding et donne la preuve de sa thèse : Une aventure dans le grand mur.

Astuce film : D’un enfant prodige à un athlète de classe mondiale

Recommandation de film pour le week-end : Sasha DiGiulian, autrefois prodige de l'escalade, aujourd'hui athlète professionnelle avec de nombreuses premières ascensions féminines.

Chausson d'escalade haut de gamme pour les projets difficiles | Qubit sans précédent

Avec le Qubit, Unparallel a développé un nouveau chausson d'escalade performant...

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter maintenant et restez à jour.

Qui a obtenu les derniers billets olympiques

Même si la finale des Olympic Qualifier Series à Budapest approche encore, de nombreux athlètes en sont déjà sûrs et n'attendent que...
00:19:55

Grand mur de 600 mètres : En expédition avec la famille Houlding

Il est possible de faire plus que vous ne le pensez. C'est ce que dit Léo Houlding et donne la preuve de sa thèse : Une aventure dans le grand mur.

Astuce film : D’un enfant prodige à un athlète de classe mondiale

Recommandation de film pour le week-end : Sasha DiGiulian, autrefois prodige de l'escalade, aujourd'hui athlète professionnelle avec de nombreuses premières ascensions féminines.