James Pearson : "C'était mon highball le plus fou"

James Pearson obtient la deuxième répétition du méga-highball 29 points de Bernd Zangerl dans la Valle dell'Orco. Il révèle ici pourquoi il se souviendra de cette visite comme d'une expérience terrible.

Le grimpeur britannique et spécialiste du trad James Pearson répété dans Vallée de l'Orco le highball 29 points. La redoutable ligne a été gravie pour la première fois par Bernd Zangerl en 2015 et n'a été répétée qu'une seule fois, en 2017 par le grimpeur italien Gabriele Moroni.

Vidéo : James Pearson grimpe sur le highball 29 points

Critique de James Pearson

La semaine dernière, Caro et moi avons emmené les enfants à Valle dell'Orco en Italie pour que Caro puisse essayer d'escalader la célèbre fissure du toit de Green Spit. Je n'avais pas d'objectif précis puisque j'étais principalement là pour m'occuper des enfants et lui donner autant de temps qu'elle le souhaitait.

29 Dots : Un projet difficile à rater

Mais je n'ai pas pu m'empêcher d'être attiré par un incroyable rebord en surplomb qui se trouvait juste au milieu du parking principal. Cette arête s'appelle 29 Dots et a été escaladée à l'origine par la légende autrichienne du bloc Bernd Zangerl en 2015.

Pour tous ceux qui connaissent le CV de Bernd, quand il dit : « 29 Dots est le rocher le plus fier et le plus dur que j'ai escaladé dans ce style. « Un grand moment et un moment fort de ma carrière de bloc », force est de constater que ça doit être assez particulier !

Cela n'a été répété qu'une seule fois par Gabri Moroni, un autre grimpeur incroyable qui a gravi le 8C, grimpé le 9B et remporté les coupes du monde de bloc.

29 Dots est mentionné presque dans des murmures d'incrédulité parce que non seulement la ligne est vraiment lourde, mais elle est aussi vraiment, très haute !

L'apparence est trompeuse

Les vidéos que vous pouvez voir en ligne de Bernd et Gabri sur le parcours ne lui rendent vraiment pas justice ! Premièrement, ils sont tous deux filmés de très loin et directement derrière le parcours, on ne voit donc pas la taille des cales ni l'impressionnant surplomb.

Deuxièmement, ils sont tous deux des grimpeurs de classe mondiale, ils peuvent donc faire en sorte que le bloc de huitième année ressemble à une promenade dans le parc. Tout cela donne un rocher très impressionnant et certaines escalades très effrayantes semblent en réalité assez apprivoisées.

Quand j’ai vu pour la première fois des vidéos de 29 Dots, j’ai pensé que ce serait une bonne façon de l’essayer de bas en haut – j’avais tort !

Apparence imposante

Lorsque vous voyez l'itinéraire pour la première fois, vous ne pouvez pas vous empêcher d'être impressionné. Le bord surplombe de quelques mètres et on ne voit pratiquement aucune prise depuis le sol. Les chances de gravir cet itinéraire étonnant sans embûches semblent très minces.

Après une première séance sur le parcours par un temps inhabituellement chaud, le parcours ne semblait pas plus facile, et même si j'ai réussi à maîtriser la plupart des mouvements individuels, ils me semblaient tous si lourds que je ne pouvais pas imaginer la force et aptitude à les assembler.

Le point de Fontainebleau 8A est à 6 mètres, ce qui fait assez peur, mais il y a une autre section difficile au-dessus avec des mouvements puissants et incertains.

Le parcours se termine finalement à 14 mètres, ce qui remet les choses dans leur contexte : presque la même hauteur que Harder Faster à Black Rocks, un des parcours les plus audacieux et les plus dangereux que j'ai jamais fait ! Le seul élément consolant pour 29 Dots est que le site d'atterrissage est parfaitement plat, ce qui rend définitivement la première section de bloc plus agréable. Cependant, tomber du haut sera de toute façon mauvais.

«Pour moi, 29 Dots est un solo»

Je sais qu'il y a beaucoup d'ambiguïté dans le terme highball, sans compter que son utilisation est très subjective, mais personnellement, je dirais que si vous ne pouvez pas tomber de quelque chose, ce n'est plus un problème de bloc, et j'envisagerais certainement 29 Dots en solo.

Si j'avais fait la première ascension, je lui aurais donné une note E, mais c'est facile à dire pour moi car j'ai grandi au Royaume-Uni et j'ai une compréhension raisonnable de cette échelle de note folle !

Que nous utilisions une cote E, une cote sportive ou une cote de bloc, je pense qu'il est important de clarifier qu'il ne s'agit pas seulement d'un problème de bloc de highball avec une ascension facile et sans conséquence vers le sommet.

Dans 29 Dots, il est difficile de grimper à une hauteur où l'on ne peut vraiment pas tomber.

Le temps fou que nous avons ces jours-ci nous a fait perdre plus de 20 degrés en deux jours, et la prochaine fois que je suis revenu à Orco il faisait 5 degrés avec du vent fort. Dans des conditions plus fraîches, les tractions semblaient désormais beaucoup plus contrôlables et j'ai réussi à relier le point crucial, puis à répéter la ligne entière plusieurs fois sur la corde.

Doigts engourdis

Malheureusement, j'ai eu de sérieux problèmes avec les doigts engourdis, et même si la partie supérieure était très confortable dans l'isolement, les minuscules bords en forme de lame de rasoir et les conditions arctiques ont vidé toute vie du bout de mes doigts et ont rendu la deuxième partie du parcours beaucoup plus difficile que c'était dû.

J'ai passé quelques heures à me balancer sur la corde, améliorant ma séquence à chaque tentative, mais utilisant également une peau et une énergie précieuses. Je savais que le choix judicieux serait de rentrer chez moi et de revenir un autre jour frais avec un tas de serviettes, mais j'étais sûr de pouvoir le faire et j'avais peur de gâcher ces « superbes » conditions si c'était la dernière vague de froid avant l'été.

J'ai sorti les quelques précieux coussinets que nous avions dans le van, en me disant que j'allais juste faire les premiers mouvements pour voir comment je me sentais, mais je savais déjà que j'étais déjà engagé. J'ai tout mis en place en déplaçant les pads un peu à gauche, un peu à droite, en essayant d'imaginer la trajectoire possible d'une chute du Crux.

Je ne m'inquiétais pas des coussinets de la partie supérieure car, comme je l'ai dit, une chute de là-haut serait mauvaise et ne devrait donc pas être prise en compte.

Un coup de feu à travers l'arc

J'ai grimpé du point crucial jusqu'au sommet une fois de plus pour me réchauffer le bout des doigts, je suis descendu, je me suis détaché et je suis parti. J'ai maîtrisé les premiers coups, sentant les petites poignées s'enfoncer dans ma peau et ressentant l'excitation de commencer une autre aventure. Tout semblait vraiment bien, vraiment solide, puis soudain je me suis senti fatigué et je suis tombé du train clé !

Vous savez que c'est une longue chute quand on a le temps de penser « J'espère que tout ira bien » !

Heureusement, j'ai atterri en plein milieu des coussinets, j'ai roulé sur mes fesses et je me suis relevé, me sentant un peu secoué et surtout un peu choqué d'avoir chuté en premier lieu. Au lieu de prendre cela comme un signal d'alarme, je me doutais que ma dernière tentative en tête juste avant la tête était probablement un peu trop forte et m'avait probablement fatigué.

Difficile à la limite

Après une demi-heure de pause, comprenant deux arrêts aux toilettes des enfants pour me remettre mentalement au sol, je me sentais prêt à réessayer. Espérant être moins fatigué lors des tractions plus basses, j'ai décidé de sauter le tour d'échauffement sur le parcours lui-même et j'ai essayé de préparer mes doigts à la punition à venir en tirant simplement agressivement lors des premières prises !

Je me sens tellement stupide pour ce que j'écris maintenant. Ce n'est pas ma première fois, je sais que j'ai des problèmes de doigts engourdis et que quelques tractions sur des poignées pointues ne suffisent jamais à les empêcher de s'engourdir. J'avais eu des problèmes avec des doigts engourdis dans la partie supérieure toute la journée, il n'y avait donc aucune raison logique pour que cela s'améliore soudainement.

L'idée d'être seul sur ce mur supérieur sans aucune sensation dans mes doigts était assez effrayante, mais pour une raison quelconque, j'ai refusé de reconnaître tous ces avertissements et j'ai quand même continué.

L’absence d’échauffement en moulinette m’a définitivement donné un peu plus d’énergie, et j’ai tenu la prise clé à sept mètres, mais avec beaucoup moins de marge de manœuvre que je ne l’aurais souhaité. À ce stade, il est possible de se débarrasser de deux rebords très petits mais positifs alors que vous vous préparez pour la section suivante.

Mais je savais que si je faisais cela, je deviendrais définitivement engourdi, alors j'ai décidé de vaincre l'engourdissement jusqu'au sommet de la route et de grimper directement dans le deuxième point crucial.

Dès que j’ai saisi la première poignée gauche, j’ai su que quelque chose n’allait pas. Je ne pouvais pas vraiment sentir les pointes spécifiques sous mes doigts et j'ai dû utiliser beaucoup plus de force pour mettre mes pieds en position.

Le mouvement suivant est, à mon avis, le mouvement le plus dangereux du parcours, et bien que nettement plus facile que les mouvements inférieurs, il s'agit toujours d'un rocher 7A+, avec les pieds vers le haut et sur le côté face aux mains sur deux prises latérales.

Chute potentielle d'une mauvaise position

Bien qu’il ne soit pas recommandé de tomber depuis le point inférieur, il s’agit au moins d’une chute droite depuis une position verticale sur les tapis. Le deuxième point crucial, bien que seulement cinq pieds plus haut, provient d'une position du corps complètement différente et vous ferait probablement tomber latéralement du tapis, éventuellement sur le dos !

J'ai dépensé une grande partie de mon énergie restante à essayer de contrôler ce train et je suis arrivé bien trop près de mes limites que je ne l'aurais souhaité.

A partir de ce moment, la montée devient un peu plus facile à chaque mouvement successif, et je n'ai jamais vraiment eu la chance de tomber de là-haut. Sans surprise, avec peu de sensations dans vos doigts, vous gaspillez beaucoup d'énergie à contrôler chaque aine, et je me suis retrouvé dans la position infernale d'être à la fois pompé et engourdi, empirant de seconde en seconde.

Des trains qui auraient dû être légèrement statiques sont devenus des trains dynamiques, et pour la première fois depuis de nombreuses années, je me suis retrouvé à penser à ce que ce serait de tomber d'ici !

Pas de place pour les pensées négatives

Si je peux retenir quelque chose de positif de toute cette expérience, c’est que j’ai réussi à rester calme alors que tout autour de moi allait de travers. La peur et la panique n’ont pas leur place sur un itinéraire dangereux, et j’ai repoussé ces pensées aussi vite qu’elles sont apparues.

Cela peut paraître cliché, mais à ce moment-là, la seule chose qui comptait était d'atteindre le sommet, et heureusement, même si j'ai pris une très mauvaise décision ce jour-là, après des centaines d'ascensions risquées, mon subconscient savait quoi faire.

Des itinéraires audacieux comme celui-ci sont généralement une belle expérience où je grimpe dans une bulle de paix et de calme, pour me sentir fier et heureux au sommet. Malheureusement, cette fois, je n'ai rien eu de tout cela, juste de la peur et de l'inconfort, puis de la tristesse et de la honte.

Je suis arrivé au sommet en silence, me réprimandant d'avoir mis ma famille en bas dans une situation aussi terrible. Ensuite, j'ai emballé la camionnette et je suis rentré chez moi.

Je ne partage pas cela pour choquer, ou pour tenter de rendre 29 points encore plus effrayants. L'itinéraire est ce qu'il est, il n'a pas besoin que je le réalise en grand, et mon expérience n'appartient qu'à moi.

Je suppose que je raconte cette histoire en partie parce que je suis triste d'avoir gâché l'occasion de faire quelque chose de vraiment spécial, et si je n'avais pas manqué de patience, cela aurait pu être une autre merveilleuse expérience traditionnelle, franchissant la frontière ténue entre risque et danger à parcourir. Mais je veux surtout avertir les autres grimpeurs de toujours respecter le rocher et de faire attention aux panneaux. Je m'en suis sorti avec celui-ci, mais je n'étais pas obligé de le faire.

Cela pourrait vous intéresser

+ + +

Crédits: Photo de couverture James Pearson

Actualités

Jaan Roose traverse le détroit de Messine sur une slackline longue de 3646 m

Tentative de record du monde sur le détroit de Messine : le slackline Jaan Rooses ose tenter la slackline longue de 3640 XNUMX mètres.

Sascha Lehmann : «Je veux atteindre la finale aux JO»

Entretien avec le grimpeur professionnel suisse Sascha Lehmann : qualification olympique réussie, sentiments de bonheur et attentes.

Quand votre vue s'estompe et que grimper vous procure du confort

Onsight présente Seneida, athlète aveugle et développeur de produits Black Diamond...

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter maintenant et restez à jour.

Jaan Roose traverse le détroit de Messine sur une slackline longue de 3646 m

Tentative de record du monde sur le détroit de Messine : le slackline Jaan Rooses ose tenter la slackline longue de 3640 XNUMX mètres.

Sascha Lehmann : «Je veux atteindre la finale aux JO»

Entretien avec le grimpeur professionnel suisse Sascha Lehmann : qualification olympique réussie, sentiments de bonheur et attentes.

Quand votre vue s'estompe et que grimper vous procure du confort

Onsight montre l'athlète aveugle et développeur de produits Black Diamond Seneida Biendarra dans son parcours émotionnel vers la médaille d'or à la Coupe du monde de paraclimping 2023 à Salt Lake...