Syndrome de la pendaison : pourquoi la pendaison libre peut être mortelle

Une prise se brise, le leader tombe et pend librement dans son harnais sans aucun contact avec le rocher. Comme le sauvetage aérien peut prendre du temps, il existe un risque de développer le syndrome de la pendaison. Pourquoi se suspendre librement dans un harnais peut être fatal et ce que les grimpeurs peuvent faire pour y remédier.

Un article de Bernhard Bliemsrieder, Grasegger Katharina, Lechner Raimund, Peter Paal, Simon Rauch - paru pour la première fois dans la revue spécialisée alpinisme

Soudain, avant le premier crochet, la prise du leader se brise et il tombe sur son support avec beaucoup de jeu. L'assureur parvient à retenir la chute et, choqué, découvre immédiatement l'état du leader tombé. Il pend librement dans son harnais sans aucun contact avec le rocher et se plaint de fortes douleurs à l'épaule droite.

L'assureur appelle immédiatement les urgences car il est hors de question de descendre en rappel ensemble en raison de la douleur intense. Au bout d'une dizaine de minutes, il reçoit un rappel et on lui explique qu'un sauvetage a été lancé, mais que l'arrivée de l'hélicoptère pourrait prendre jusqu'à une heure. 

Un tel scénario peut affecter n’importe quel grimpeur en terrain alpin. Dans une telle situation, il existe un risque de ce que l'on appelle Syndrome de la pendaison (syndrome de suspension anglais). 

Syndrome de la pendaison

Qu’est-ce que le syndrome de la pendaison ?

Le syndrome de suspension décrit une insuffisance circulatoire induite par une suspension immobile et presque verticale dans un harnais de corde. 

Premiers signes

Les premiers symptômes sont généralement des signes d'une perte de conscience imminente, tels que des nausées, de l'anxiété, des troubles de la perception visuelle (par exemple des éclairs de lumière, un « noircissement » devant les yeux), des étourdissements, des sueurs et une pâleur. Une perte de conscience peut survenir rapidement et, dans le pire des cas, le syndrome de la pendaison peut entraîner un arrêt cardiaque et la mort. 

Le terme « traumatisme suspendu » se retrouve généralement dans la littérature germanophone, bien que le terme traumatisme soit trompeur dans ce contexte puisque le patient ne doit pas nécessairement subir une blessure mécanique (traumatisme).

Par conséquent - à l'instar du "syndrome de suspension" anglais - le terme "syndrome de suspension" semble plus correct pour décrire ce complexe de symptômes et devrait être utilisé à l'avenir. 

Toute personne qui exerce une activité sécurisée par corde peut être affectée par le syndrome de la pendaison, en particulier les grimpeurs (industriels), les alpinistes, les spéléologues, les parapentistes et les travailleurs sécurisés par corde.

Qu'il s'agisse d'escalade alpine, en haute altitude, de parapente ou d'escalade industrielle : un syndrome de suspension peut toucher toute personne travaillant sur cordes. Photo : argonaut.pro/paulitrenkenwalder.com
Qu'il s'agisse d'escalade alpine, en haute altitude, de parapente ou d'escalade industrielle : un syndrome de suspension peut toucher toute personne travaillant sur cordes. Photo : argonaut.pro/paulitrenkenwalder.com

Pourquoi s'accrocher à un harnais peut être si dangereux

La cause exacte du syndrome de la pendaison est controversée depuis des décennies. Ces dernières années, diverses études expérimentales et tests de pendaison ont permis de mieux comprendre la genèse du syndrome de pendaison.

La cause du décès est essentiellement une réduction généralisée du flux sanguin du corps, ce qui provoque une défaillance multiviscérale. Par dessus tout deux mécanismes semblent jouer un rôle important dans le développement du syndrome de pendaison. 

  1. D’une part, en raison de la gravité, le sang s’accumule dans les veines des parties pendantes du corps, notamment au niveau des jambes. Ceci est exacerbé par une activité musculaire réduite, par exemple en raison d'un épuisement, d'une hypoglycémie, de douleurs, de blessures, d'hypothermie ou d'une perte de conscience. Cela peut à son tour conduire à un Diminution de la circulation sanguine et donc dommages à divers organes conduire.
  2. Cependant, des études plus récentes suggèrent que la cause principale de l'inconscience est ce qu'on appelle réponse réflexe vasovagal semble être le cas, caractérisé par une chute soudaine de la fréquence cardiaque et de la tension artérielle. Il en résulte un Diminution du flux sanguin et manque d’oxygène au cerveau, ce qui conduit à son tour à la perte de conscience. De plus, tous les muscles se détendent, de sorte que chez un patient inconscient attaché à la corde, le point de la corde est le point le plus élevé. 
Position suspendue en forme d'arc qui restreint considérablement le flux sanguin provenant des jambes, ce qui signifie que la réduction du flux sanguin vers le cerveau ne peut pas être éliminée. Photo : argonaut.pro/paulitrenkwalder.com
Position suspendue en forme d'arc qui restreint considérablement le flux sanguin provenant des jambes, ce qui signifie que la réduction du flux sanguin vers le cerveau ne peut pas être éliminée. Photo : argonaut.pro/paulitrenkwalder.com

Grâce à cette position « en arc de cercle » (Photo ci-dessus), le reflux du sang depuis les jambes est très limité et la réduction du flux sanguin vers le cerveau ne peut pas être inversée. 

Si la période de suspension est suffisamment longue, cette position peut entraîner la mort du patient.

Le temps nécessaire à l'apparition de cette réponse réflexe vasovagale est sujet à des différences individuelles et peut dans des cas extrêmes seulement quelques minutes être. Le délai entre l’apparition des premiers symptômes et la perte de conscience est également très individuel et, dans le pire des cas, peut être inférieur à une minute.

Processus de suspension gratuits essentiels à la survie

  • Si une personne inconsciente est attachée à la corde, sa tête peut se plier sous l'effet de la gravité et les voies respiratoires peuvent être bloquées, ce qui peut entraîner la mort. 
  • Un manque général de flux sanguin vers les tissus entraîne des dommages cellulaires et donc la formation de produits de dégradation nocifs.
  • La congestion du sang dans les veines des jambes, une éventuelle hypothermie et un travail musculaire excessif dû aux tentatives d'auto-sauvetage favorisent les dommages cellulaires, en particulier les cellules musculaires, et donc la défaillance de plusieurs organes.
  • De plus, une forte augmentation des taux de potassium dans le sang résultant de lésions cellulaires peut entraîner des arythmies cardiaques potentiellement mortelles.

Comment se protéger : cinq mesures préventives

1. Sauvetage de soi ou d'un camarade

Fondamentalement, le temps de suspension libre doit être aussi court que possible. Cela nécessite que vous vous sauviez vous-même ou vos camarades le plus rapidement possible. La condition préalable est que la personne pendue ait des compétences d'auto-sauvetage et qu'elle dispose également du matériel nécessaire (cordon d'enregistrement, élingue, dispositif de serrage, etc.). 

Cependant, si la personne pendue n'est pas en mesure de se sauver, le développement du syndrome de la pendaison doit être évité autant que possible jusqu'à ce que le sauvetage puisse être effectué par des camarades ou un sauvetage organisé. 

2. Mouvement actif sur le mur

Pour réduire l'accumulation de sang dans les veines des jambes, la personne suspendue doit bouger activement ses jambes, par exemple en « faisant du vélo dans l'air » ou en poussant ses jambes vers le haut sur un rocher, une crevasse ou un mur de bâtiment accessible. 

  • Les élingues à gradins soutiennent la pompe musculaire lorsqu'elles sont suspendues librement. Photo- argonaut.pro:paulitrenkwalder.com
  • Selon la situation, vous pouvez également attacher un escabeau pour l'escalade sportive avec des élingues express
  • ou bien avec un sac à dos déposé

3. Élingue lorsque vous êtes suspendu librement

Lorsqu'elle est suspendue librement, la pompe musculaire peut être soutenue à l'aide d'une élingue auto-attachée (Image de la galerie I). 

4. Résistance avec corde

Si par contre la personne blessée n'est pas attachée à l'extrémité de la corde, elle peut étendre sa jambe et pousser son corps vers le haut en enroulant deux fois la corde suspendue autour de son propre pied contre la résistance de la corde. La jambe non enveloppée peut également être appuyée sur l'autre pied. L’activité des muscles des jambes provoque le pompage du sang dans les veines vers le cœur (« pompe musculaire »). 

5. Jambes surélevées

L'amélioration du retour veineux des parties pendantes du corps peut également être obtenue en soulevant les jambes pendantes par un secouriste ou en attachant une écharpe (bande) à l'arrière des genoux (photo ci-dessous).

  • Les jambes surélevées améliorent le retour du sang veineux, ce qui peut être obtenu en levant les jambes ou en utilisant des écharpes ou similaires. Photo- argonaut.pro:paulitrenkwalder.com
  • Variante II, également avec un sac à dos intégré comme support dorsal

Si la personne est inconsciente

Si la personne pendue est incapable de se sauver et ne peut pas bouger activement, que ce soit en raison d'un épuisement, d'une blessure, d'une douleur, d'une hypoglycémie, d'une hypothermie ou d'une perte de conscience, l'objectif de l'accompagnateur doit être d'amener la personne pendue le plus rapidement possible à la libérer du corde et amenez-la dans un endroit où elle peut être rangée à plat.

Cela signifie que dans le syndrome de la pendaison - similaire au sauvetage en avalanche - le L'auto-sauvetage et le sauvetage des camarades sont les maillons les plus importants de la chaîne de survie et, en termes d'influence sur la survie, ils doivent être bien mieux notés que le sauvetage professionnel organisé. 

Conseil

Lorsque vous achetez un harnais d'escalade, vous devez vous assurer qu'il s'adapte parfaitement aux proportions de votre corps et qu'il vous permet de vous accrocher le plus indolore possible. Une ceinture adaptée et parfaitement ajustée peut réduire la douleur lors d'une suspension prolongée et ainsi éviter une capacité de mouvement réduite.

La compression vasculaire des gros vaisseaux des jambes au niveau de l'aine ne se produit pas lorsque les ceintures de hanches modernes, telles que celles couramment utilisées dans les sports de montagne, sont correctement appliquées et adaptées aux proportions du corps. Les ceintures de hanches avec des tours de cuisse larges sont préférables à celles avec des ceintures étroites, même si le confort de suspension dépend également de manière significative de la coupe et de la construction (du matériau). 

Lorsqu'ils sont suspendus librement pendant une période prolongée, les sacs à dos doivent être retirés par le dos et attachés au point de corde, par exemple, afin de permettre une suspension aussi économe en énergie que possible.

Premiers secours pour un sauvetage (professionnel)

Si, malgré toutes les mesures de précaution, une chute s'est produite avec la suspension libre suivante et qu'une opération de secours en montagne bat son plein, les sauveteurs (professionnels) doivent tenir compte de quelques aspects :

  • Naturellement, les patients souffrant du syndrome de la pendaison se trouvent généralement sur un terrain présentant un risque de chute. L'autoprotection des secouristes est la priorité absolue.
  • Tant que le patient est conscient, les secouristes doivent l’encourager à activer la pompe musculaire comme décrit ci-dessus.
  • Si le patient est incapable, la première personne à l'atteindre doit lever ses jambes dans une position aussi horizontale que possible. De plus, si le patient est inconscient, il convient de garantir la liberté des voies respiratoires en étirant la tête.
  • Une fois le patient libéré du mur, il doit être immédiatement placé à plat et examiné selon l'algorithme C-ABCDE internationalement reconnu (voir « Urgence alpine » en alpinisme). #102)
  • En raison du risque accru d'arythmies cardiaques, une surveillance ECG doit être instaurée le plus tôt possible (risque d'augmentation de la kaliémie). Toute arythmie cardiaque qui survient doit être traitée conformément aux directives en vigueur.
  • Un DAE (défibrillateur externe automatisé, voir alpinisme #101) doit impérativement être apporté avec vous sur le lieu de travail.
  • En cas de situation de réanimation, les mesures de réanimation standard doivent être effectuées le plus rapidement possible (voir alpinisme #100).
  • Des mesures avancées pour traiter les taux élevés de potassium dans le sang sont importantes pour les secouristes professionnels.
  • Pendant des périodes de suspension plus longues, les solutions pour perfusion doivent également être administrées par voie intraveineuse pour prévenir l'insuffisance rénale causée par les produits de dégradation cellulaire.
  • Si le patient est resté suspendu pendant plus de deux heures, la clinique de destination doit procéder à une procédure de remplacement rénal.
  • En outre, une grande importance doit être accordée à la prévention et au traitement d’une éventuelle hypothermie.

Les choses les plus importantes en un coup d'œil

Le syndrome de la pendaison peut mettre la vie en danger !

Principaux risques lors de la pendaison

Insuffisance circulatoire et obstruction des voies respiratoires

Principaux risques après le sauvetage d'un patient

  • arythmie
  • Hypothermie
  • lésions rénales
  • L’autoprotection passe toujours en premier !

Prävention

  • N’effectuez pas seul des activités sécurisées par corde. Un (auto)sauvetage rapide est de la plus haute importance.
  • Activation de la pompe musculaire (mouvement de jambe, poussée contre le pilier). Lors de la suspension, adoptez une position la plus horizontale possible, en utilisant des boucles auxiliaires si nécessaire
  • Ajustement optimal du système de ceinture

Traitement

Stockage à plat après sauvetage ; La norme est l'algorithme C-ABCDE


À propos du magazine bergundstieg

Mars d'alpinisme

Bergundstieg est un magazine international sur la sécurité et les risques dans les sports de montagne et éclaire les thèmes de l'équipement, du sauvetage en montagne, de la technologie des cordes, de la connaissance des accidents et des avalanches. Bergundstieg est publié par les Associations alpines d'Autriche (PES), Allemagne (DAV), Tyrol du Sud (AVS) et la Suisse (SAC).


Cela pourrait vous intéresser

+ + +

Crédits : Photo de couverture argonaut.pro/pauliternkwalder.com| alpinisme

Actualités

Les professionnels de l’escalade comme ambassadeurs du climat – est-ce possible ?

Katherine Choong et Nicolas Hojac sont des professionnels de l'escalade et des ambassadeurs du climat chez Protect our Winters. Comment gérez-vous ce double rôle ?

S'entraîner malgré une blessure au ligament annulaire

Blessure au ligament annulaire : Dans cette vidéo, Dave MacLeod explique à quoi peut ressembler une séance d'entraînement adaptée sur le mur de bloc.

Ondra lors de la tentative à vue 9a : dernier arrêt pour rupture d'adhérence

Cette vidéo montre Adam Ondra effectuant une solide tentative à vue 9a. Mais lorsque la poignée se brise, cela prend fin brusquement.

Kinglines espagnoles répétées

Jorg Verhoeven, Gabriele Moroni et Leo Ketil Bøe reprennent les classiques du 9e degré français à Siurana, Oliana et Margalef.

Infolettre

Abonnez-vous à notre newsletter maintenant et restez à jour.

Les professionnels de l’escalade comme ambassadeurs du climat – est-ce possible ?

Katherine Choong et Nicolas Hojac sont des professionnels de l'escalade et des ambassadeurs du climat chez Protect our Winters. Comment gérez-vous ce double rôle ?

S'entraîner malgré une blessure au ligament annulaire

Blessure au ligament annulaire : Dans cette vidéo, Dave MacLeod explique à quoi peut ressembler une séance d'entraînement adaptée sur le mur de bloc.

Ondra lors de la tentative à vue 9a : dernier arrêt pour rupture d'adhérence

Cette vidéo montre Adam Ondra effectuant une solide tentative à vue 9a. Mais lorsque la poignée se brise, cela prend fin brusquement.