Fixexen - La paroi rocheuse deviendra-t-elle une arène de consommation ?

Les dégaines fixes se retrouvent de plus en plus fréquemment dans les jardins d'escalade sportive, c'est explosif. Tout le monde n'aime pas les fixes et il y a donc toujours des conflits. L'auteur invité Markus Hutter exprime ses réflexions passionnantes et stimulantes sur le sujet dans cet article.

Une contribution invitée de Markus Hutter

Malheureusement, l'autocritique n'est pas exactement une force de la scène de l'escalade. Il y a environ 20 ans, les grimpeurs se faisaient encore aimer Alexander Huber ou Stefan Glowacz fort pour une véritable escalade au point rouge ! Beaucoup de jeunes ne savent même plus quelle est la différence.

Annonces graphiques Rectangle_Trailrunning

Bien sûr, cela ferait une grande différence si, comme dans la salle d'escalade, toutes les dégaines sont déjà accrochées et ont juste besoin d'être clipsées, ou si quelqu'un fait une inspection à vue d'un itinéraire où aucun exe n'est suspendu. Ce serait un énorme défi, surtout dans les top voies actuelles sur rocher !

Pinkpoint - la variante douce de Rotpunkt

Les protagonistes de l'époque étaient d'avis qu'on se rendrait la tâche beaucoup trop facile avec la méthode commode : il y avait même un terme pour cela «pink point». Cette variante douce était le prédécesseur de l'actuel Rotpunkt et d'abord mal vu !

"Dans les années 90, après une tentative ratée, nous avons retiré les ex de la route avant de réessayer."

Marc Hutter

Je me souviens encore très bien que dans les années 90, après chaque tentative ratée, nous dégaines les avoir sortis de la route pour les remettre au prochain "go"...

Surtout sur les rochers de type plus dur, on a observé ces dernières années comment le nombre de blocages rapides installés avec un shekel a augmenté. Et il y a des rapports réguliers comme l'automne dernier du Jura bâlois : «Les ex sont systématiquement volés dans le Jura bâlois» . Les auteurs supposent que les voleurs les aimeraient comme s'il s'agissait de diamants. Et le ridicule culmine dans l'admiration désobligeante des auteurs d'une part, et la pitié de l'autre.

"Lors d'épreuves comme celles du Jura bâlois, l'attitude autocritique des grimpeurs me manque."

Marc Hutter

En tant qu'auteur de ce texte, je dois souligner à ce stade que je suis actif sur la paroi rocheuse depuis très longtemps, que j'ai foré et d'abord escaladé plusieurs centaines de longueurs/voies et que je me considère comme un monstre du rocher.

Lors d'événements tels que Jura de Bâle L'attitude autocritique des grimpeurs me manque. Les blessés ne font que crier à haute voix sans remettre en question leurs actions sur le rocher le moins du monde. Quiconque a déjà participé à une escalade IG sait assez bien ce qui dérange les propriétaires de forêts et de rochers ainsi que les défenseurs de la nature dans notre comportement.

L'accrochage est une chose, mais lorsqu'il est fait avec soin et considération, il n'attire pas immédiatement l'attention de l'amoureux de la nature. En revanche, les murs meublés comme des halls ressemblent à une nature violée et à des temples sportifs pour une consommation rapide et simple. Je suis sûr que ce développement conduira de plus en plus à des problèmes massifs !

La réaction polémique des victimes dans le Jura bâlois montre malheureusement très peu d'expertise. Dans très peu de cas, les grimpeurs ne sont friands que d'équipement bon marché. Au contraire, ils ne veulent pas voir de murs défigurés et couper le vent des voiles de quelques adversaires en escalade. Sur des rochers plus éloignés, l'aménagement indésirable ira bien pendant un certain temps, mais là où il y a aussi de nombreux promeneurs et randonneurs, le sujet bouillonne doucement.

Un exemple négatif très clair pourrait être vu dans la vidéo de l'hiver dernier Alexander Megos à examiner. Dans le Rediffusion de King Capella une élingue d'au moins 1,5 mètre de long accrochée au milieu du mur, qui était destinée à désamorcer une plus grande distance entre les crochets.

Alexander-Megos-quand-coupe-l-Extended-Exe-dans-King-Capella_criticism-Markus-Hutter
Alexander Megos coupant l'exe étendu dans King Capella. (Photo Alexandre Megos)

De tels exemples, consultés des milliers de fois sur Internet, sont fatals. Pourquoi les soft movers qui ont peur d'une longue distance entre les crochets ne devraient-ils pas également être autorisés à accrocher partout de longues élingues dans les murs afin qu'ils puissent grimper de manière détendue ??? Il existe de nombreux exemples sur des murs escarpés qui sont actuellement assiégés par de nombreux projets - un spectacle cruel !

Même en tant que grimpeur très engagé, je peux comprendre pourquoi les randonneurs qui veulent profiter de la nature en sont extrêmement dérangés. Un peu plus d'empathie nous ferait certainement du bien dans ces matières. Malheureusement, la planification très ciblée des itinéraires nous rend souvent extrêmement aveugles aux autres perspectives et est trop souvent uniquement orientée vers la réussite personnelle.


À propos de l'auteur Markus Hutter

Markus-Hutter_Kletterer_Boulderer_Erschlusser_Auteur invité-Lacrux

Marc Hutter a grandi sur le lac de Constance et vit dans les montagnes depuis son enfance. Déjà à un jeune âge, il a gravi de nombreuses grandes classiques extrêmes dans les Alpes, comme le face nord du Cervin dans des conditions très hivernales. Cependant, sa grande passion est devenue l'escalade pure et, depuis le début du mouvement de l'escalade libre, l'escalade alpine et sportive jusqu'au grade 8b. Sa première ascension la plus célèbre au niveau international est la route Parzival dans les montagnes suisses des Alpstein. Il vit comme artiste visuel dans le nord de l'Allemagne.

Cela pourrait vous intéresser

Aimez-vous notre magazine d'escalade? Lors du lancement de LACRUX, nous avons décidé de ne pas introduire de paywall. Cela restera ainsi parce que nous voulons fournir au plus grand nombre possible de personnes partageant les mêmes idées des nouvelles de la scène de l'escalade.

Afin d'être plus indépendant des revenus publicitaires à l'avenir et de vous fournir encore plus de contenu et de meilleure qualité, nous avons besoin de votre soutien.

Par conséquent: Aidez et soutenez notre magazine avec une petite contribution. Naturellement vous en bénéficiez plusieurs fois. Comment? Tu vas trouver ici.

+ + +
Image et texte Markus Hutter

Actualités

00:20:25

Rhapsody (E11) est-elle la route la plus dangereuse au monde ?

Magnus Midtbo revient avec Dave MacLeod pour l'une de ses premières ascensions les plus impressionnantes : Rhapsody (E11, 7a).

Yannick Flohé gravit sa voie la plus difficile à ce jour avec Lazarus (9a+).

9a+ en transit : Yannick Flohé parvient à gravir Lazarus au Schiefen Tod dans le Jura franconien en seulement 4 Go.

Exercice efficace sur le chemin du poirier

Voici comment fonctionne le poirier : avec le poirier en L, vous pouvez développer votre force et pratiquer la position du poirier de manière contrôlée.
00:28:18

Ouverture d'un nouveau secteur de bloc à Chironico: Full Ring

Le domaine d'escalade de Chironico, au Tessin, compte déjà plusieurs milliers de lignes d'escalade, ce qui en fait l'une des destinations les plus populaires du monde de l'escalade. Aujourd'hui, Nils Favre, de Suisse romande, a ouvert un nouveau secteur près de Schattental. Cette vidéo présente la plupart des rochers.

Newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter maintenant et restez à jour.

00:20:25

Rhapsody (E11) est-elle la route la plus dangereuse au monde ?

Magnus Midtbo revient avec Dave MacLeod pour l'une de ses premières ascensions les plus impressionnantes : Rhapsody (E11, 7a).

Yannick Flohé gravit sa voie la plus difficile à ce jour avec Lazarus (9a+).

9a+ en transit : Yannick Flohé parvient à gravir Lazarus au Schiefen Tod dans le Jura franconien en seulement 4 Go.

Exercice efficace sur le chemin du poirier

Voici comment fonctionne le poirier : avec le poirier en L, vous pouvez développer votre force et pratiquer la position du poirier de manière contrôlée.

commentaires 17

  1. Au début, je pensais que ce texte portait sur la question de savoir si la communauté des grimpeurs devait se comporter avec plus de sensibilité et se réglementer vis-à-vis des dégaines fixes. Il y a un certain nombre de raisons à cela, et je suis sûr qu'il y a beaucoup de grimpeurs qui ne savent pas qu'un exe fixe en permanence dérange certains ("amoureux de la nature") et peut causer des problèmes d'accès.
    Que fait l'auteur ? Il polémique avec 3 arguments complètement inutiles :
    1. Nous avions l'habitude de pendre nos ex nous-mêmes à chaque fois que nous essayions ! Tout allait mieux avant ! Ce n'est pas ce qu'on appelle le point "rose" pour rien !
    2. Les personnes qui possédaient les ex fixes dans le Jura n'auraient pas dû se plaindre que les ex ont été enlevés (=volés) ! C'est sa faute ! Ce n'était pas un vol, c'était une protestation !
    3. C'est encore pire, en hiver, Alex Megos a équipé un crochet d'une élingue allongée et a filmé le tout aussi !

    Le point 1 n'a rien à voir avec la question. A l'époque où vous accrochiez vous-même les élingues, il y avait, d'une part, des voies beaucoup moins raides, et d'autre part, une habitude d'autrefois n'est pas forcément meilleure qu'une habitude d'aujourd'hui. Je dirais qu'il n'y a presque rien qui suggère d'interrompre le flux d'escalade plus que nécessaire lors de la deuxième tentative. Cela n'a presque rien à voir avec la réparation des ex.
    Le 3 au plus tard, je devais rire de bon cœur.
    Le seul contenu du point 2 est probablement que l'auteur justifie une sorte de vol, et évite de justesse de préciser si c'était lui ou non !
    Et oui, point 3... sans paroles.

    • D'accord, l'auteur lui-même semble un peu manquer de réflexion sur l'évolution de l'escalade.
      Il a raison qu'en général, avec plus de grimpeurs, il y aura plus de tension avec les riverains. Le fait que des ex ou simplement des crochets soient suspendus dans le rocher n'est probablement pas pertinent. Il s'agira bien plus d'ordures, de foules immenses et de mauvais comportements en général.

      • La pensée me vient à l'esprit si l'évolution mentionnée dans les commentaires précédents est vraiment un développement ultérieur de la capacité d'escalade sportive, plutôt qu'une dégénérescence de celle-ci. Ce qui a été escaladé il y a plus de trente ans est ici l'objet de réflexion plutôt que le pic de difficulté actuel. Depuis une dizaine d'années, l'escalade a de plus en plus dégénéré en un pur sport de consommation sans souci de durabilité vis-à-vis de son propre habitat. L'auteur n'éclaire cela qu'au début à l'aide d'exemples. Chacun devrait y réfléchir et tirer ses propres conclusions, j'espère qu'ils seront entendus.

      • Salut David,
        oui oui, la réflexion réfléchie sur l'évolution de l'escalade…
        Comme je suis là depuis longtemps, j'ai très bien enregistré chaque étape de ce développement ! Cependant, cela me semble clairement manquer à certains auteurs de commentaires...
        L'accusation que « tout allait mieux avant » est un argument très bon marché.
        Je vois aussi le développement actuel plutôt comme une dégénérescence, comme Jacob ! Ne vous méprenez pas, tout le crédit revient à l'explosion des performances, mais "tous les pièges" vont dans la mauvaise direction !
        Il serait certainement très intéressant que vous vous expliquiez et présentiez votre propre réflexion sur le sujet...

    • Bonjour TeddyD,
      dans la première section, vous semblez très factuel, mais ensuite vous devenez vous-même polémique...
      Aux points 1 à 3, vous ne vous présentez pas exactement comme un expert de la situation ! Vous y lisez des choses qui ne sont absolument pas vraies :
      1. Oui, nous avions l'habitude d'avoir une éthique stricte pour les ascensions propres, mais je n'ai pas jugé cela ! Ouais, tout allait mieux dans le passé... C'est ta rhétorique ! Et vous ne semblez pas avoir la moindre idée de ce que voulait dire Pinkpoint... Et, je ne critique généralement pas l'habitude d'aujourd'hui de laisser le matériel en suspens pour le 2e ou le 10e essai. Mais installer le correctif exes avec shekel pendant des semaines, des mois ou des années, je vois comme une erreur manifeste !!! Une commodité pour le succès le plus rapide possible...
      2. J'ai supposé que l'action était dans la manifestation du Jura de Bâle... et alors ? Les personnes concernées étaient si sûres qu'il s'agissait de quelqu'un "juste" désireux de se procurer du bon matériel. Je voulais réfuter cette opinion ! Bien sûr, cela aurait été mieux s'il ou elle avait mis le matériel de manière démonstrative à l'entrée...
      3. Il serait très utile que vous commentiez cela de manière plus différenciée. Peut-être que l'indice de Johannes serait un bon conseil pour vous...

      Les professionnels comme Megos ont une fonction de modèle... et la tendance de ces modèles à utiliser diverses astuces pour réussir et à faciliter de nombreuses positions de clip avec un allongement optimal de la boucle aura d'autres conséquences négatives. Montré mille fois dans la vidéo en tout cas.

      Alors, relisez peut-être mon texte un peu plus attentivement et vous sentirez peut-être que votre vomissement est complètement déplacé...
      Cordialement

  2. Je ne suis pas fan des fixix non plus. Mais cela a moins à voir avec l'éthique de l'escalade, car mes niveaux de difficulté consistent à prendre du plaisir à grimper et non à prouver quelque chose aux autres 😉
    Cela me dérange quand des matériaux non métalliques sont laissés dans le mur. Les élingues en ruban, etc. vieillissent avec le temps et le font surtout au soleil. Pas de problème dans la salle d'escalade, il y a un opérateur qui a aussi une certaine obligation de sécurité pour son droit d'entrée. En dehors cependant, aucun développeur ne veut être tenu pour responsable si un fixex ne tient plus dans 7 ans. C'est une chose quand il y a du matériel accroché aux murs en alpinisme et une autre quand c'est le cas en escalade sportive. Précisément parce qu'il est admis que les ex sont déjà suspendus avant la tentative de redpoint, il y a peu de raisons de les réparer.

    • Oui, c'est un bon argument. Les élingues fixes entraînent toujours des accidents (même mortels), et lorsqu'elles sont présentes, les riverains ont une grande part de responsabilité.

  3. En tant que président de l'IG Klettern Basler Jura, je me sens appelé à commenter la digression de Hutter : Escalader des rochers en tant qu'arène de consommation ?
    Oui, en quelque sorte. Mais ça commence déjà par les topo guides modernes, où je suis dirigé vers le parking et la paroi rocheuse à l'aide d'un QR code. Plus tôt, oui plus tôt, nous avions repéré et (surtout) même trouvé nos régions du sud de la France sans système de navigation, oui seulement avec les anciennes cartes Michelin et Mistral 1+2 !! Le bon style commence-t-il ici ?

    J'ai également discuté de l'extension des ex avec des protagonistes à partir de 8a. Il existe des itinéraires de classe mondiale comme le "Chilam Balam" où les crochets ne pourraient jamais être coupés de la position d'escalade car ils sont loin de la ligne d'escalade réelle. Et chacun sait que les dégaines facilitent l'escalade à leur façon. L'idée du point rose était de plus en plus oubliée, je suis d'accord avec Hutter. Aussi la suspension des cordes, par exemple dans le troisième boulon. Pour des raisons de sécurité? Par commodité ? Parce que se lancer, c'est quand même facile ? Pourquoi ne pas faire la corde supérieure ? Gratuit c'est gratuit ! Une discussion sur la communication autour du style pourrait commencer ici, comme c'est le cas avec l'alpinisme, notamment avec les sommets de 8000m : qu'est-ce qui compte comme sommet ? Le vrai "au top" ! Ou ai-je allongé et accroché les ex dans mon itinéraire de telle manière qu'il est presque devenu une corde supérieure?

    Hutter est agacé par l'impact visuel des trains express fixes. Et là, je suis d'accord avec lui. Il y a une zone dans le Jura bâlois, le gros outil sec et surplomb mixte à Eptingen, où j'ai arrêté de compter à 120 Express. Une salle de sport en plein air ? En même temps une petite réserve naturelle et une zone de loisirs avec une cascade pittoresque. Un photographe qui veut prendre des photos de pure nature ici ne peut pas se passer d'un magasin de photo. Si l'amateur de nature se sent gêné par l'effet visuel, c'est compréhensible (il doit se boucher les oreilles lorsqu'il profite de la nature à cause de l'autoroute constamment bruyante juste à côté...). Mais si Hutter a lu attentivement la contribution de LaCroux à Exenklau et connaît les emplacements correspondants, il sait qu'il n'y a pas de sentiers de randonnée qui passent par ici et que le démonteur ne s'est pas soucié "d'embellir" le mur, mais il (ou elle) a simplement dévissé nouveau matériel et laisser l'ancien matériel suspendu à nouveau.
    Hutter aborde donc un problème qui peut être d'actualité en Allemagne, mais qui met au pilori la scène d'escalade locale, même si ce n'est qu'un phénomène marginal ici dans le Jura bâlois.
    Ce n'est pas sans raison que nous préférons également réhabiliter des voies dans le Jura bâlois avec les crochets adhésifs français gris de la FFME. Peut-être que le futur rénovateur et installateur en Allemagne devra donc réfléchir davantage à l'effet optique des "argentés" loués.

    Avec l'évolution de l'escalade en tant que phénomène marginal de quelques freaks vers un sport populaire, il convient de réfléchir aux caractéristiques. Absolument! L'effet d'optique des dégaines est un phénomène marginal, qui, selon les situations, peut être utilisé pour indiquer des phénomènes de masse tels que les chiens en forêt, grimper la nuit, se garer n'importe où, cris primaux au succès ou à l'échec, ghetto blasters, radiocassettes , ventilateurs, projecteurs, feux de camp, etc. sont très différents. Mais non seulement la communauté des grimpeurs, mais aussi la société en général sont invitées à réfléchir sur le thème des loisirs et de la détente. Pointer du doigt des expresen fixes pour bloquer une zone d'escalade ou changer l'air du temps ne suffit plus à l'époque moderne !
    Patrik Müller, IG escalade Basler Jura

  4. Il est essentiel ici que l'origine manque. J'avais l'habitude de grimper avec Kurt (l'inventeur du RP) et Güllich de temps en temps. Aux USA, je veux dire c'était dans la City of Rocks, le soir devant la tente, Kurt avait donné le meilleur de ce qu'était et est son idée du RP. Il n'a jamais dit ou défini que l'Exxen devait être retiré après chaque tentative, même si je comprends l'auteur, nous l'avons fait de cette façon au début - les histoires ont été transmises de manière incorrecte. Wolfgang en particulier avait gravi certains de ses premiers 10er Rotkreis et jusqu'au début des années 80, c'était toujours le style de l'époque de toute façon. Plus tard dans les années 90, des zones entières ont été forées pour les points roses, par exemple Kronthal Elsace. Les crochets en position clip ne peuvent être clipsés que lorsqu'un Exxe est dans le crochet ou a dû être clipsé. De plus, il y avait des crochets (90 et plus tard) déjà étendus avec de longues élingues - quel est le problème ? Si le foreur avait foré plus intelligemment, vous n'auriez pas à le faire.

    • Salut Alex,
      si vous lisiez un peu plus attentivement mon texte, vous vous rendriez sans doute compte que je ne suis pas concerné en premier lieu par le problème des positions des clips ! Comme vous le dites vous-même... si le foreur avait foré un peu plus soigneusement dans de nombreux cas, des ex normaux seraient généralement suffisants.
      Si, cependant, des itinéraires complètement "enchevêtrés" conduisent à des boucles prolongées de manière optimale accrochées en permanence dans le mur, c'est un contre-développement total, même si on le considère isolément ! Ma critique commence ailleurs : De mon point de vue, les routes équipées de fixix sont surtout créées pour la commodité ! Dans les voies très déversantes, cela peut devoir être considéré de manière plus différenciée, car le démantèlement peut être un défi ici...

  5. Je suis un peu pris entre les chaises ici. Je peux tirer quelque chose de la position de Hutter, mais je trouve qu'elle est formulée de manière beaucoup trop unilatérale. Ce qui me dérange le plus, c'est que le soi-disant gâchis de la nature appelle toujours les grimpeurs avec des ex et des crochets. Qu'en est-il des routes, des téléphériques, des voies d'escalade, voire des sentiers de randonnée. Ils interfèrent tous avec l'image de la nature, mais je n'ai jamais entendu parler d'un téléphérique fermé parce que certains grimpeurs en sont gênés. Comme pour tant de choses, c'est en grande partie une question d'argent

  6. S'il vous plaît la nature sans si ni mais
    quitter la nature.
    À mon temps d'escalade actif
    était et devrait être aujourd'hui.
    Trouvez une montée propre et repartez.
    Pensez-y.
    Sigi

  7. Ce week-end, j'ai essayé un itinéraire de l'auteur, qui ne serait pas agréable de grimper après moi sans une longue extension. Le câble était trop gros et souvent les crochets étaient contre mon flux d'escalade. Ce problème a été résolu avec les sangles allongées. Ce qui me convient aussi puisque j'ai escaladé les mêmes trains. Merci d'avoir percé l'itinéraire.

    En ce qui concerne le comportement emphatique envers les autres personnes présentes dans les montagnes, je me demande s'il est acceptable de percer de nombreux itinéraires dans le meilleur rocher et de les "bloquer" ensuite pour les jeunes générations pendant des années ? ! Selon moi, une planification de projet ciblée serait appropriée ici.

  8. Je peux comprendre bon nombre des arguments avancés dans l'article et dans les commentaires et je pense aussi que c'est bien que ce sujet soit abordé. De mon point de vue, les fixex posent les problèmes suivants :
    – Problèmes de sécurité dus au fait que les matières textiles sont exposées aux intempéries
    – problème optique sur les rochers
    – Un obstacle pour les inspections qui doivent être effectuées sans pièces jointes à l'avance
    - Une gêne pour les personnes qui souhaitent gravir leur matériel de confiance en raison du problème de sécurité. Même si deux ex s'intègrent dans un boulon, le clippage est généralement plus difficile dans ce cas

    Je grimpe moi-même essentiellement sans que les ex soient déjà dans le mur et donc automatiquement sans crochets tendus ou avec une corde pré-clipsée. Non pas parce que quelqu'un à un moment donné a défini un style d'escalade de cette manière ou pas de cette manière, mais parce que je le veux et parce que cela correspond à ma compréhension de l'escalade.
    Au final, chacun peut grimper comme il veut et je ne comprends pas pourquoi l'auteur dénonce l'ascension d'Alex Megos avec un exe allongé.

  9. En tant que grimpeur passionné, j'ai des sentiments mitigés concernant la discussion sur la fixation des itinéraires. D'une part, la fixation peut rendre l'accès aux voies difficiles d'accès plus facile et la montée plus sûre. En revanche, cela risque de modifier le caractère d’une paroi rocheuse naturelle et de conduire à une commercialisation excessive. Une approche équilibrée qui prend en compte les besoins de la communauté des grimpeurs et la protection de l’environnement est cruciale.

Commentaire sur l'article

Veuillez entrer votre commentaire!
Veuillez saisir votre nom ici