L'alpiniste bernois de 24 ans ouvre deux voies difficiles dans l'Oberland bernois et le Jura. Les deux parcours, ratés et La Danse de Résistance, sont dans la zone 9a.

Hier, nous avons reçu l'e-mail de Dimitri Vogt, dans lequel il relate ses plus récents succès sur le rock. Il gravit deux fois la neuvième année de français - et dans les deux cas c'est la première fois.

« En septembre et maintenant en novembre, j'ai pu escalader librement deux de mes grands projets. L'un à Unterwald, l'autre à Soyhières."

Dimitri Vogt

L'itinéraire à Unterwald est un ancien projet d'Andi Mürner. "La ligne est super cool, avec des caractéristiques persistantes et difficiles", écrit Dimi. Le joueur de 24 ans a nommé le parcours « raté » pour deux raisons :

"Au milieu de la route, il y a un point clé où vous ne savez jamais avec certitude si vous y arriverez ou non - et à partir de la route, vous regardez directement le camp de munitions enseveli de Mitholtz, où il y a encore des ratés."

Dimitri Vogt
Dimitri Vogt sur le parcours La Danse de Résistance près de Soyhières. (Photo Hannes Tell)
Dimitri Vogt sur le parcours La Danse de Résistance près de Soyhières. (Photo Hannes Tell)

Quant au niveau de difficulté, Dimitri apprécie le parcours sans valeur que 9a a. La deuxième grosse ligne qu'il a gérée vendredi dernier est probablement un poil plus difficile. Dans Soyhières il a réussi le parcours le plus difficile de sa carrière à ce jour, La danse de la résistance. La Danse est aussi une première ascension, qu'il qualifie de 9a difficile.

La Danse est certainement un 9a, peut-être même un 9a + ? Je ne veux pas m'engager trop fort. Le temps nous le dira ... "

Dimitri Vogt

Le parcours La Danse est un parcours complexe et exigeant physiquement sur un toit pentu à 60°. Il est parsemé de nombreux trous et de petites structures frittées, mais n'a pas de véritable point de repos - un vrai parcours d'endurance.

« Le parcours est absolument incroyable. Les mouvements sont très spéciaux et complexes et vous pouvez grimper beaucoup avec des crochets - c'est exactement ce que j'aime ! "

Dimitri Vogt

La Danse de Résistance a été créée en 1989 par Philippe Steulet et meublée de cinq poignées d'intérieur collées au Sika. La ligne a ensuite été échangée sous le nom de 8c. Malgré les tentatives ambitieuses de grimpeurs comme Françis Legrand, la tournée s'est détériorée au fil des ans et n'a connu un renouveau que 30 ans plus tard.

De jeunes grimpeurs ont soupçonné que la voie pouvait se faire sans les poignées artificielles et les ont retirés. Depuis vendredi dernier, nous sommes certains que la nouvelle génération de grimpeurs avait raison et que la voie peut se faire sans plastique - grâce à Dimitri Vogt.

MISE À JOUR : Première répétition par Sascha Lehmann

Deux jours après la première ascension de Dimitri Vogt, l'itinéraire a été répété pour la première fois. C'est Sascha Lehmann qui a également su faire craquer La Danse de Résistance. Comme Sascha le dit à LACRUX, il suggère l'itinéraire 9a + comme degré de difficulté.

« Je n'ai jamais grimpé plus difficile que le 9a jusqu'à présent, mais cette voie est plus difficile que les 9a que j'ai tracées jusqu'à présent. Je propose donc 9a+ et j'ai hâte de voir ce que diront les futurs répéteurs."

Sascha Lehmann

Cela pourrait vous intéresser

Aimez-vous notre magazine d'escalade? Lors du lancement de LACRUX, nous avons décidé de ne pas introduire de paywall. Cela restera ainsi parce que nous voulons fournir au plus grand nombre possible de personnes partageant les mêmes idées des nouvelles de la scène de l'escalade.

Afin d'être plus indépendant des revenus publicitaires à l'avenir et de vous fournir encore plus de contenu et de meilleure qualité, nous avons besoin de votre soutien.

Par conséquent: Aidez et soutenez notre magazine avec une petite contribution. Naturellement vous en bénéficiez plusieurs fois. Comment? Tu vas trouver ici.

+ + +
Crédits: Photos Hannès Tell

action talkTV