Voici comment s'entraîne l'équipe nationale suisse d'escalade

Jusqu'à récemment, les grimpeurs les plus forts de Suisse se rencontraient au NLZ National Performance Center près de Bienne. Début février 2020, avant le déclenchement de la crise de Corona, nous avons eu l'occasion de jeter un œil dans les coulisses et de parler à Kevin Hemund, entraîneur national de l'élite.

Il y a trois ans, le Swiss Alpine Club SAC a officiellement inauguré le National Performance Center NLZ. Depuis lors, l'élite suisse s'entraîne quatre jours par semaine dans une ancienne halle industrielle à l'est de la ville de Bienne.

La NLZ, comme on l'appelle officiellement, les jeunes athlètes s'appellent «La Cuisine». «Nous nous sentons chez nous ici, nous nous sentons à l'aise. En même temps, c'est aussi un endroit où nous devons nous impliquer activement et avoir notre «Ämtli», tout comme à la maison dans la cuisine de Mama », décrivent les membres de Swiss Climbing.

Rectangle_Knatsch en Bois Magique
La Cuisine - le centre national de performance de l'escalade suisse.

Le centre offre à l'équipe nationale suisse un cadre protégé dans lequel elle peut se concentrer pleinement sur la formation. À l'exception du mur d'entraînement (photo ci-dessus), les murs ne sont couverts que de quelques poignées, souvent grandes. Comme vous le voyez souvent dans les compétitions. Telle est l'idée du centre. La NLZ de Bienne sert l'élite comme un lieu exclusif pour se préparer aux compétitions. Kevin Hemund, entraîneur d'élite, nous a expliqué le centre national de performance de l'équipe nationale.

L'entretien avec Kevin Hemund a été réalisé par Remo Schläpfer

Pourquoi un centre national de performance pour l'élite suisse est-il nécessaire? Pourquoi ne vous entraînez-vous pas dans une salle existante?
La raison la plus importante est que les besoins divergent de plus en plus. Les besoins d'un grimpeur compétitif ne sont pas les mêmes que ceux d'une personne qui grimpe après le travail. Cela n'est pas seulement dû à la difficulté du rocher, mais aussi au matériau de la poignée et au style. Il est vrai que certaines salles ont également des blocs de style compétition, mais pas dans la quantité et la fréquence que nous avons ici.

Et depuis l'ouverture de la NLZ, nous avons également remarqué combien il est précieux que nous puissions faire ce que nous voulons et quand nous le voulons. Nous pouvons tourner les poignées et tourner les rochers quand cela nous convient. Nous pouvons nous entraîner sans être dérangés, ne pas surcharger les espaces déjà étroits dans les salles publiques dans de nombreux endroits et nos athlètes peuvent également laisser leurs émotions s'exprimer librement - par exemple dans les simulations de compétition. Vous pouvez être tranquille ici. C'est incroyablement précieux.

Kevin Hemund (photo) s'occupe de l'équipe nationale suisse d'élite avec Pirmin Scheuber.

Mais ce luxe implique également des tâches. Nous nettoyons les tapis indépendamment après l'entraînement, lavons les poignées régulièrement et ainsi de suite. Les athlètes apportent donc également leur propre contribution, leur permettant ainsi d'avoir une opportunité d'entraînement unique.

Le centre d'escalade d'Innsbruck est l'une des salles les plus grandes et les plus modernes au monde. L'équipe nationale autrichienne s'entraîne régulièrement ici. (Photo Alpine Club Climbing Center Innsbruck GmbH)

Les Autrichiens et d'autres équipes s'entraînent souvent à Innsbruck. Est-ce un avantage pour Austria Climbing de pouvoir s'entraîner à Innsbruck?
Innsbruck possède une impressionnante salle d'escalade et un centre de spectacles ultramoderne. Incontesté. Que ce soit un avantage, difficile à dire. Vous bénéficiez certainement d'une telle infrastructure et d'une telle opportunité de formation. Mais je ne pense pas que ce soit la seule façon de bien s'entraîner. De temps en temps, nous allons à Innsbruck pour nous entraîner. Après quelques jours, cependant, nous sommes toujours heureux de pouvoir à nouveau nous entraîner ici à Bienne. Parce que dans une salle comme Innsbruck, vous êtes constamment sous observation. Et si vous êtes frustré, passez une mauvaise journée? Vous êtes exposé dans une salle publique, beaucoup vous regardent, vous regardent. Il y a presque toujours d'autres athlètes, la situation compétitive, la comparaison mutuelle est omniprésente.

«Dans une salle publique, vous êtes comme si vous étiez exposé. Avec le National Performance Center de Bienne, nous avons un espace pour nous entraîner en paix. »

À quelle fréquence vous entraînez-vous ici à Bienne?
Nous sommes ici quatre fois par semaine. Une formation accompagnée a lieu pendant ces quatre jours. Cependant, en raison de leur lieu de résidence et de l'entraînement individuel ou de la situation professionnelle, très peu d'athlètes participent à toutes les séances d'entraînement. Tout le monde s'entraîne également ailleurs, que ce soit dans la région de Berne ou de Zurich, en Suisse romande ou en Valais.

Quel type de formation faites-vous ici à la NLZ?
Différent. Il y a un entraînement technique dans lequel nous entraînons des mouvements spécifiques sur les murs de compétition. Ensuite, il y a les entraînements physiques que nous faisons sur le mur d'entraînement et puis il y a les entraînements de compétition comme nous en avons eu aujourd'hui. L'entraînement en force, en dehors de la planche du campus, nous le faisons dans le centre de fitness voisin. Nous nous entraînons souvent ici dans la NLZ pendant une demi-journée, puis passons au centre de fitness dans l'après-midi.

Le jour de notre visite, la simulation de compétition était au National Performance Center.

Pourquoi at-il une section du mur de vitesse ici?
En plus du mur de compétition, le «mur de vitesse» est l'une des choses les plus importantes que nous ayons ici. L'escalade de vitesse est une étude des mouvements. Vous devez le grimper et le moudre des centaines, voire des milliers de fois. Et vous ne le faites pas tout le temps sur le mur de 15 mètres. Imaginez que vous voulez pratiquer le saut du milieu et que vous devez toujours commencer par le bas. Ici, des sections spécifiques peuvent être répétées et affinées, sans corde. Nous pouvons pratiquer le saut 20 fois et ne pas avoir à grimper à chaque fois. C'est l'un des meilleurs, en particulier en ce qui concerne les Jeux olympiques de 2020.

«Imaginez que vous vouliez pratiquer le saut du milieu et que vous deviez toujours commencer par le bas. Avec notre mur, vous pouvez étudier des sections individuelles en termes concrets. »

L'IFSC a défini toutes les poignées, volumes, etc. qui seront utilisés lors des Jeux olympiques d'été de Tokyo. Intégrez-vous ces poignées dans votre gamme lors des entraînements?
Même nous, les Suisses, ne pouvons pas nous permettre toutes ces poignées (rires). Non, cela n'a aucun sens d'avoir tout le monde dans la gamme. Nous avons clairement regardé le catalogue et nous achèterons également les poignées très spéciales. Mais un bar est un bar et reste un bar.

Bien sûr, il y a des volumes spéciaux que vous devriez avoir dans la gamme. Heureusement, nous avons une bonne coopération avec les fabricants de poignées Flathold et Cheetah. Cela nous aide beaucoup. Mais bien sûr, nous devons augmenter et suivre les tendances, nous parlons également de préparer les Jeux olympiques. Et nous le faisons aussi.

Au National Performance Center, le volume et les grandes poignées ne manquent pas.

La variété est la clé pour un athlète. Qui baise ici dans la NLZ?
Nous avons, surtout cette année, beaucoup de personnes différentes, également de l'étranger, qui viennent ici, apportent leurs idées et nécessitent d'autres compétences dans leurs itinéraires. Ceci est très important, mais aussi extrêmement chronophage. Avant la simulation de compétition d'aujourd'hui, trois tournevis de route étaient là pour visser le rocher. Manuel Hassler de Flathold est celui qui, malheureusement, ne vis plus ici. En tant que clé de route internationale qui sera également utilisée à l'Olympia, il ne veut pas être critiqué et ne travaille donc plus pour l'élite suisse.

Quelle est la position de la Suisse en termes de soutien financier par rapport à l'Autriche ou au Japon?
J'ai le sentiment que nous nous en sortons très bien par rapport. Si nos athlètes se qualifient pour les compétitions, le Swiss Alpine Club paie tous les frais. Ce n'est pas le cas dans de nombreux autres pays. Vous devez souvent le payer vous-même. Nous avons augmenté le nombre de physiothérapeutes par rapport à l'an dernier, de sorte que nous n'avons plus seulement des soins physiques pour les événements majeurs. Nous recevons également un grand soutien de Swiss Olympic et des athlètes de Swiss Sports Aid.

Sascha Lehmann bénéficie également du soutien de Swiss Sports Aid. (Photo de David Schweizer / SAC

Adam Ondra, des équipes d'élite de nombreux pays se sont rendus à Tokyo pour s'entraîner. Avez-vous prévu un voyage?
Non, nous ne le faisons pas. Nous sommes allés à Tokyo plusieurs fois. C'est super et nous aimons toujours aller au Japon. Cependant, nous étions d'avis que nous devions changer d'orientation et ne pas retourner à Tokyo avant les Jeux olympiques d'été. Nous nous préparons aux Jeux Olympiques comme nous le faisons pour d'autres événements majeurs.

Pourquoi tout le monde va à Tokyo, qu'est-ce qui rend Tokyo si spécial?
Il a sans aucun doute de bonnes salles et il y a un nombre incroyable de grimpeurs forts à Tokyo. Le bâtiment de l'itinéraire est cool, varié et a son propre style. Également à partir du matériau de la poignée. Mais les Jeux olympiques d'été de Tokyo ne sont pas foutus. Bien sûr, les japonais vont également visser, mais le matériau de la poignée est défini, l'infrastructure est nouvelle.

Je pense que c'est certainement l'esprit et la mentalité à Tokyo dont vous pouvez bénéficier pendant votre séjour. Les Japonais ont une façon très positive de faire les choses et ils voient beaucoup de choses comme un défi passionnant. Nous pouvons certainement en bénéficier et apprendre quelque chose.

"Les Japonais ont une façon très positive de faire les choses."

À quoi ressemble une semaine d'entraînement typique pour l'élite suisse?
Les plans de formation sont bien sûr très individuels. Mais nous avons les quatre jours de formation qui sont fixes. Le lundi, nous avons toujours un entraînement technique, le mardi, nous avons un "double entraînement physique" avec bloc et salle de musculation, le jeudi est similaire au mardi et le samedi, nous nous entraînons souvent dans la zone de compétition et sur des éléments spécifiques. Et bien sûr, de temps en temps, bien sûr, tout le monde s'entraîne pour lui-même.

L'entraîneur Kevin Hemund discute de la solution d'un rocher avec les athlètes.

Avez-vous des plans d'entraînement pour tous les grimpeurs d'élite?
Cela diffère et se résout individuellement d'un athlète à l'autre. Nous veillons à ce que tout le monde soit pris en charge de manière optimale. Si quelqu'un s'entraîne avec un autre entraîneur ou un entraîneur supplémentaire, nous nous assurons qu'il est coordonné avec nos formations.

Petra Klingler et Sascha Lehmann sont dans la piscine olympique. Qu'est-ce que cela signifie pour les deux?
Nous soutenons Petra et Sascha individuellement, dans les domaines où il y a des besoins et des opportunités. Cependant, les deux ne reçoivent pas de soutien financier supplémentaire ou similaire. Nous avons eu quelques sessions de formation combinées avec Sascha en automne pour le préparer à l'épreuve de qualification à Toulouse. Il y a certainement des entraînements individuels avec les deux, par exemple en vitesse mais aussi dans d'autres domaines, si cela a du sens et est souhaité.

Les deux sont bien sûr très importants pour nous car en tant qu'association, nous sommes également mesurés aux Jeux olympiques. Nous avons défini des objectifs clairs avec Swiss Olympic et logiquement, en tant que sport olympique, la participation aux Jeux olympiques figure en tête de liste des priorités.

Cela pourrait vous intéresser

Actualités

Pouvoir féminin à Annot : Soline Kentzel gravit l'épreuve trad Le Voyage (E10, 7a)

La jeune Française Soline Kentzel a remporté la quatrième ascension féminine du difficile parcours traditionnel Le Voyage (E10, 7a).

Martin Feistl a eu un accident mortel

L'alpiniste allemand Martin Feistl a eu un accident mortel samedi dernier sur la face sud du Scharnitzspitze.
00:24:44

Seb Bouin : « Après le moment le plus important, je suis tombé 11 fois »

Vidéo : Accompagnez le grimpeur professionnel français Seb Bouin en route vers la quatrième ascension de Bibliographie à Ceüse.

Alex Honnold se lance en solo gratuitement, même sur du rock mouillé

Alex Honnold est de retour dans la vallée de Yosemite avec deux solos libres de 300 mètres, dont un sur roche mouillée.

Bulletin

Abonnez-vous à notre newsletter maintenant et restez à jour.

Pouvoir féminin à Annot : Soline Kentzel gravit l'épreuve trad Le Voyage (E10, 7a)

La jeune Française Soline Kentzel a remporté la quatrième ascension féminine du difficile parcours traditionnel Le Voyage (E10, 7a).

Martin Feistl a eu un accident mortel

L'alpiniste allemand Martin Feistl a eu un accident mortel samedi dernier sur la face sud du Scharnitzspitze.
00:24:44

Seb Bouin : « Après le moment le plus important, je suis tombé 11 fois »

Vidéo : Accompagnez le grimpeur professionnel français Seb Bouin en route vers la quatrième ascension de Bibliographie à Ceüse.
×Présentoir 350x90_Knatsch en Magic Wood