Ces dernières années, la tribune du Tyrol du Sud est devenue la « meilleure pratique » dans la construction de tribunes alpines. Mais qu'est-ce qu'un stand du Tyrol du Sud exactement ? Et quels sont les avantages ou y a-t-il éventuellement aussi des inconvénients ? Chris Semmel a traité intensivement le sujet et a également interrogé les inventeurs.

Un article de Chris Semmel - publié pour la première fois dans la revue spécialisée alpinisme

La dénomination suggère que le Stand du Tyrol du Sud vient du beau Tyrol du Sud. Mais ce n'est pas toujours le cas avec les noms, car les Viennois sont connus pour être appelés Francfortois à Vienne et vice versa. Alors, qui a inventé la « tribune sud-tyrolienne » ? Nous avons demandé à un Tyrolien du Sud, quelqu'un qui devrait savoir : Erwin Steiner. Erwin est guide de montagne et responsable de longue date de la formation des guides de montagne du Tyrol du Sud

L'histoire - répartition du pouvoir

La tribune du Tyrol du Sud suit les trois principes des tribunes alpines. Par ordre d'importance, ce sont :

  1. répartir les forces
  2. Aucune entrée d'énergie en cas d'éclatement d'un point
  3. Montage et démontage rapides et clairs
Avec l'ancrage de compensation classique, l'énergie est appliquée au deuxième point fixe si l'un éclate. Source : alpinisme
Avec l'ancrage de compensation classique, l'énergie est appliquée au deuxième point fixe si l'un éclate. Illustration: Alpinisme

La répartition du pouvoir

Le principe primordial des peuplements alpins est la répartition des forces. Parce qu'un point fixe seul est souvent trop faible pour résister aux forces qui agissent (la traction de chute). Il existe plusieurs approches de la répartition du pouvoir, qui peuvent être historiquement subdivisées. 

Dans le passé, le soi-disant "ancrage de compensation" était pratiqué dans la région alpine, également connue sous le nom de "triangle de force". Une élingue était accrochée aux points fixes, l'un des deux brins était tordu et la force était ainsi répartie sur les points fixes. La rotation de la bretelle a empêché l'une des pointes du mousqueton à pointe centrale de glisser hors de la bretelle lors de sa rupture (Fig. 3).

Répartition de la force fixe avec point de surjet. Anciennement également appelé « Abseilstand ». Déjà courant aux États-Unis dans les années 1980. Figure : alpinisme
Fig. 2 : Répartition des forces fixées au point renversé. Anciennement également appelé « Abseilstand ». Déjà courant aux États-Unis dans les années 1980. Illustration: Alpinisme

Brillant à première vue et doctrine acceptée dans les pays germanophones jusque dans les années 2000. J'ai été confronté pour la première fois à la critique de ce système en 1984 à Yosemite. Si j'ai d'abord pensé avec un peu d'arrogance qu'ils n'avaient pas encore compris le principe, une conversation avec un habitant de Yosemite m'a donné tort.

"Les Américains de Yosemite n'utilisent jamais ce 'triangle de pouvoir'."

Chris Semmel

Étant donné que dans la vallée au début des années 1980 - le cas échéant - il n'y avait que des boulons à tête de rivet rouillés et que les points fixes devaient généralement être posés eux-mêmes avec des cales et des cames, les Américains savaient déjà à l'époque que une "entrée d'énergie" dangereuse pourrait se produire si un point faisait irruption dans le système menaçant.

L'ancien "ancrage de compensation", également appelé "triangle de force". Montré ici à trois points fixes. Figure : alpinisme
Fig. 3 : L'ancien « ancrage de compensation », également appelé « triangle de force ». Montré ici à trois points fixes. Illustration: Alpinisme

L'entrée d'énergie

Si l'un des points fixes se déchire, le grimpeur en tête chute davantage et charge le deuxième point fixe restant avec toute l'énergie de la chute. Mais non seulement le grimpeur de tête, mais aussi l'assureur tombe dans le point restant avec son auto-assurage.

Deux masses tombent dans un nœud coulant à action statique. Deux forces qui s'additionnent. La force au point fixe restant est souvent supérieure à celle qui a causé la défaillance du premier point fixe. C'est la raison pour laquelle les Américains ont toujours construit leurs stands avec un soi-disant "overhand knot", c'est-à-dire un noeud plat noué (Fig. 2).

4 : Avec une boucle cousue enfilée directement à deux points fixes et six brins dans le point d'ancrage au point central Illustration : Montagne et escalade
Fig. 4 : Avec une boucle cousue enfilée directement à deux points fixes et six brins dans le point d'ancrage au point central. Illustration: Alpinisme

Il a fallu encore quelques années avant qu'un changement de mentalité ne s'amorce en Europe. Dans la recherche sur la sécurité DAV, nous avons traité le sujet de 2002 à 2004 et effectué des mesures. Des accidents ont également été collectés, suggérant que le deuxième point fixe aurait pu éclater parce que "l'apport d'énergie" après le premier éclaté est devenu trop important.

Bien que nous ayons initialement rencontré une résistance considérable, une remise en question a lentement eu lieu et le triangle de forces fixe a prévalu. En 2006, la répartition fixe des forces est devenue la doctrine du DAV. Dans le même temps, la connexion en série à des points fixes solides est devenue socialement acceptable.

"Dès 2008, les Tyroliens du Sud expérimentaient une méthode plus intelligente, plus rapide à monter et à démonter, qui est maintenant connue sous le nom de stand du Tyrol du Sud."

Chris Semmel
Fig. 5 : Un nœud d'ancrage avec seulement quatre brins au point central est suffisamment solide. Figure : alpinisme
Fig. 5 : Un nœud d'ancrage avec seulement quatre brins au point central est suffisamment solide. Illustration: Alpinisme

Construction de la tribune du Tyrol du Sud

Le "stand du Tyrol du Sud" est configuré en fonction du nombre de points fixes disponibles et de l'utilisation d'une élingue cousue ou d'un matériau à corde ouverte. Les figures 4, 5 et 6 montrent les différentes options de configuration.

Le matériau du cordon ouvert est généralement enfilé directement dans les crochets ou à travers les sabliers, les câbles métalliques des coins et des élingues (sabliers et élingues de tête et cames existants) sont équipés d'un mousqueton. L'enfilage direct des œillets de crochet avec un cordon accessoire économise non seulement les mousquetons, mais évite également les contraintes de flexion dangereuses sur les mousquetons lorsque les crochets sont enfoncés profondément.

  • Fig. 6 : Enfilage direct sur quatre points fixes avec un cordon Dyneema ou Kevlar ouvert. Huit brins en point d'ancrage au point central. Figure : alpinisme

Avec deux points fixes, une élingue de 120 mm est souvent utilisée. Celui-ci est enfilé dans le premier crochet (supérieur) avec un point d'ancrage et dans le deuxième crochet (inférieur) deux fois (Fig. 4). Le point d'ancrage dans le mousqueton à point central se compose de six brins.

Si les crochets ne sont pas enfilés mais attachés avec des mousquetons, le point d'ancrage peut également être formé de quatre brins seulement (Fig. 5). Il est clair que moins il y a de brins dans le point d'ancrage, plus tôt une boucle commence à courir si l'un des points fixes éclate.

Bien sûr, le matériau utilisé joue un rôle important. Parce que les élingues en sangle Dyneema lisse commencent à fonctionner beaucoup plus tôt que les élingues en polyamide ou les matériaux en corde avec une gaine en polyamide. Mais "courir" pourrait-il causer des problèmes ?

Des problèmes avec le "Südtiroler"?

Les questions sur cette méthode d'assurage sont encore fréquemment posées. Surtout, le crochet d'ancrage sur le mousqueton à point central est souvent considéré avec scepticisme. C'est particulièrement le cas lorsque seuls deux points fixes sont reliés et que le point d'ancrage est formé de seulement quatre brins (Fig. 5).

Il est à craindre que si une pointe éclate, le nœud d'ancrage coule sur le mousqueton du point central. Des brûlures voire une déchirure de l'écharpe sont à craindre. Nous (l'auteur avec Stefan Blochum, le responsable de la formation du Service bavarois de secours en montagne) avons étudié ces questions et effectué des tests de traction statiques et des tests de chute dynamiques au Centre de secours en montagne pour la sécurité et la formation (ZSA).

Les épreuves

Dans un premier temps, nous avons testé les différentes élingues sous forme d'essais de traction "quasi-statiques" sur la machine à déchirer. Nous nous sommes intéressés aux valeurs de débit des différents matériaux. Alors à partir de quelle force une élingue en sangle Dyneema fine de 8 mm commence à courir dans le point d'ancrage, lorsqu'un cordon en polyamide et lorsqu'un cordon Dyneema ou Kevlar ? Nous avons ensuite testé les mêmes élingues dans des tests de chute dynamiques.

Description du test: Masse de chute 95 kg / Hauteur de chute 2,80 m / Corde délivrée 180 cm / SIM main 470 N / Corde Edelrid Cobra, 10,3 mm

Essais statistiques de traction

Les résultats ont été plus complexes qu'on ne le pensait initialement. Car outre le nombre de brins et la matière, la rugosité de la boucle, due à l'art du tissage, était également pertinente. Donc si un ou deux fils de trame ont été utilisés dans le tissage. Parce que la rugosité de la surface influence le frottement.

De plus, cela fait une différence si le point d'ancrage a été chargé de manière lâche ou pré-étiré. Si l'élingue est chargée au préalable, par ex. B. parce que deux personnes sont accrochées au relais ou parce que le premier point fixe est arraché par la chute et que tout le système est tiré (pré-étiré) en conséquence, cela conduit à serrer le point d'ancrage et donc à plus haut valeurs de débit. En résumé, nous avons trouvé ce qui suit :

  • Avec une élingue en sangle Dyneema de 8 mm d'épaisseur avec seulement quatre brins dans le nœud d'ancrage (sans précharger le nœud), le nœud d'ancrage a commencé à tourner entre 2,0 et 2,7 kN. Si le crochet d'ancrage était préchargé puis tiré, la même élingue ne fonctionnait qu'à 5,8 kN. Si la structure illustrée à la Fig. 4 a été sélectionnée, c'est-à-dire avec six brins dans le point d'attache, l'élingue n'a commencé à fonctionner qu'à 6 à 6,5 kN sans précharge.
  • Une élingue en sangle Dyneema de 10 mm de large, non préchargée et cousue à quatre brins, a commencé à fonctionner entre 3,4 et 3,9 kN.
  • Une élingue Dyneema de 12 mm fabriquée avec un fil de trame par processus de tissage et donc rugueuse ne fonctionnait qu'à 10 kN.
  • Des déchirures ont été observées lorsque la bretelle ne pouvait pas continuer à travers le mousqueton à la fin de la bretelle ou de la couture. Ici les valeurs de rupture étaient comprises entre 14,6 et 21 kN ! Donc au-delà de toutes les forces se produisant dans la pratique. Les cordes Kevlar 5,5 et 6,0 mm ont montré une course entre 8 et 10 kN (voir tableau 1 : essais de traction statique).

Dans l'ensemble, les résultats sont rassurants, mais soulèvent la question de la pertinence pratique. Car à quel point un point d'ancrage est-il resserré si un point fixe éclate et que toute la charge agit sur le point restant ? Et comment se comporte la fronde vis-à-vis des brûlures lorsque tout le système est chargé dynamiquement ? Pour éclairer davantage ces questions, nous avons effectué d'autres expériences dynamiques.

Tableau 1 : Essais de traction statique. Tableau : alpinisme
Tableau 1 : Essais de traction statique. Tableau : Alpinisme

Tests de chute dynamiques

Dans les tests de chute dynamiques, le point d'ancrage était toujours posé avec seulement quatre brins. Nous avons effectué des chutes à partir d'une position debout dans laquelle l'un des deux crochets debout avait un point de rupture prédéterminé. Ce point de rupture prédéterminé consistait en un seul toron de cordon en polyamide de 3 mm avec deux œillets de couture aveugle aux extrémités.

Notre point de rupture prédéterminé a échoué à environ 1,1 à 1,2 kN. Pour ne pas avoir à remonter notre masse de chute indéfiniment et étant donné que la salle de secours en montagne n'est pas si haute, nous avons décidé de garder la hauteur de chute plutôt petite et de choisir une grande masse de chute.

Nous avons utilisé une masse de fer de 95 kg comme poids de chute avec une hauteur de chute libre de 3,2 m et une longueur totale de corde de 2,2 m, le facteur de chute était donc de 1,45 au départ. Comme il y avait peu de corde disponible qui pouvait absorber dynamiquement l'énergie, nous nous attendions à de très grands pics de force.

Configuration de test dynamique. Figure : alpinisme
Configuration de test dynamique. Illustration: Alpinisme

Nous avons également utilisé la "Simulated Hand" (SIM) avec une force manuelle très élevée de 470 N sur le HMS. La force manuelle moyenne sur le câble de frein, en revanche, est d'environ 288 N. Seuls les contemporains particulièrement forts peuvent atteindre 450 Newton ou plus. Certainement une structure de chute pratique, mais plutôt dure.

Cela a également été confirmé lors de la première tentative, car notre gaine de câble dans le HMS s'est immédiatement déchirée. Nous avons ensuite réduit la hauteur de chute à 2,8 m avec 1,8 m de corde déroulée (facteur de chute 1,55). Donc encore une chute très dure, mais moins d'énergie dans le système.

Les résultats sont répertoriés dans le tableau 2. Les valeurs de débit variaient entre 4,5 et 6,5 kN, la moyenne était de 5,7 kN. La longueur de glissement de l'élingue dans le crochet d'ancrage était comprise entre 2 et 40 cm et était en moyenne de 9 cm. Aucune rupture de boucle ne s'est produite. Dans 4 cas, de légères traces superficielles de brûlures ont été observées, survenues avec des longueurs de glissement de 20 cm ou plus.

Tableau 2 : Essais de traction dynamique (*DLW = valeur de passage, *DLL = longueur de passage, *PA = polyamide, *PE = polyéthylène). Tableau : alpinisme
Tableau 2 : Essais de traction dynamique (*DLW = valeur de passage, *DLL = longueur de passage, *PA = polyamide, *PE = polyéthylène). Tableau : Alpinisme

Bouts pointus?

Un autre argument du stand du Tyrol du Sud concerne la construction avec cordon, dans laquelle les crochets sont enfilés directement. La crainte a été exprimée que les œillets à arêtes vives des crochets standard puissent endommager le cordon.

Pour cela, j'ai déjà réalisé des essais de traction sur des languettes à arêtes vives (ex. languette vis à glace BD 2018 mm) en 3. Un cordon Kevlar fin de 5,5 mm tenait ici 12,54 kN. Donc ici aussi, le feu vert peut être donné.

Conclusion

En résumé, on peut dire que la structure d'assurage du Tyrol du Sud, c'est-à-dire avec un point d'ancrage sur le mousqueton à point central et des œillets à crochet directement enfilés, est extrêmement pratique et offre des réserves de sécurité suffisantes.

La méthode impressionne par un montage et un démontage très rapides, évite les nœuds inutiles très difficiles à dénouer après le chargement, et évite un apport d'énergie avec une répartition optimale des forces.

Ainsi, ces dernières années, cette méthode d'assurage est devenue à juste titre le « standard » des assurages aux points fixes douteux. Merci aux Sud-Tyroliens pour leur créativité d'une pertinence pratique absolue.

À propos de l'auteur

Chris Semmel

Chris Semmel est guide de montagne et de ski et a travaillé pendant de nombreuses années dans la recherche sur la sécurité DAV.


À propos du magazine bergundstieg

Bergundstieg est un magazine international sur la sécurité et les risques dans les sports de montagne et éclaire les thèmes de l'équipement, du sauvetage en montagne, de la technologie des cordes, de la connaissance des accidents et des avalanches. Bergundstieg est publié par les Associations alpines d'Autriche (PES), Allemagne (DAV), Tyrol du Sud (AVS) et la Suisse (SAC).


Cela pourrait vous intéresser

+ + +

Crédits : Image de titre ainsi que figures et tableaux dans le texte Alpinisme

action talkTV
EnglishSpanishFrenchItalianGerman